Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 21:14

Sortie : décembre 2011

Label : Halbsicht Records

Genre : Electronica

Note : 7,5/10

 

The Last Gambit ne devait être qu'une collaboration éphémère mais Michael Belletz et Danny Fischer se sont pris au jeu. Le premier, membre restant du duo Mnemonic, a réalisé cette année le très bon Rendezvous With A Green Fairy, sous le nom d'Architrav. Le second n'est autre que le boss de Halbsicht Records, qui sort un nombre restreint de disques tous les ans mais dont la qualité est rarement discutable. Après Mafiaparty, Nice You Were There en 2009, le duo remet le couvert avec Songs For People Who Like Us.

 

Non mais déjà qu'est-ce que ce titre ? En fait quand on voit que le groupe est du genre a intituler un morceau Worms Are Better Than Me ou I'm O.K.! You're A Homicidal Maniac!, on peut penser qu'ils sont juste pourvus d'une ferme dose de dérision. Pourtant leur musique n'a rien de ludique. D'ailleurs les créations qui sortent du four de chez Halbsicht démontrent un grain flagrant, une identité d'esprit que l'on retrouve tant sur le dernier DNN (ici), que chez Mnemonic () et forcément avec les derniers Gambit. A force de mélancolie délicate et de douceur dowtempo, pas une fois ne s'est passée sans que l'expérience de la chronique ne se solde par des envolées emphatiques. Mais revenons à ces fameuses Songs For People Who Like Us. Ce second essai a gagné en cohérence, en légèreté aussi peut-être, et dans le bon sens du terme. Les petites capsules mélodiques que nous délivre The Last Gambit voguent et s'épanouissent le long de rêveries vagues. L'album fait l'effet d'un tissu dans lequel on s'emmitoufle pour ne plus entendre la rumeur morne du dehors. Sans n'avoir rien de douloureux, la nostalgie ne dessert jamais son emprise. On pourrait presque voir (entendre) des vestiges de l'enfance, perdus dans les recoins de cette électronica aux textures poudreuses. Les field-recordings sont partie intégrante des constructions fragiles en apparence, qu'érigent les deux Allemands. Remous et mouvements sont impulsés par des nappes d'ambient velouté et les beats, presque des micro-rythmes, courent à la manière de tout petits organismes sur du papier. Parfois l'absence totale de rythmique semble touchée par la grâce. Le sublime Blofeld, sur la fin, ne se pare plus que des crissement de crins, s'élevant petit à petit dans d'infinis miroitements. 

 

Songs For People Who Like Us ne marque pas à la première écoute, pas encore. En art comme dans la vie, la difficulté est d'aller au plus simple, a dit je-ne-sais-plus-quel sage individu. Il faudra donc prolonger l'immersion pour saisir toute la subtilité des manoeuvres qui se trament derrière la musique de The Last Gambit, derrière ses apparences plutôt léchées. Les amateurs de pièces méditatives et organiques pourraient y puiser de très agréables instants.

 

gambit songs-for

par Manolito

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires