Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 21:32

Sortie : janvier 2011 (dispo depuis novembre en numérique)

Label : Anticon

Genre : Rap fracassé

Note : 6

 

Nous avions laissé Tobacco sur un second album un peu décevant (Maniac Meat, chroniqué ici), il nous revient toujours aussi boosté aux amphet' pour un maxi sur lequel il mélange anciens et nouveaux titres où viennent poser quelques uns de ses amis rappeurs. L'Américain sait encore mettre une pincée de second degré dans sa musique pour lui donner un côté décalé plutôt rare.

 

Les titres sont toujours aussi courts et ses sons toujours aussi volumineux. Ses instrumentaux déjantés accueillent parfaitement des MC qui ont l'habitude des ambiances atypiques. Le mystérieux Icycle Frog vient placer sa voix nasillarde sur le vrombissant Unholy Demon Rhytms qui démontre le nouveau visage que peuvent prendre les titres pourtant déjà entendus de Tobacco. Ceux qui avaient apprécié TV All Greasy seront ainsi contents de le retrouver avec l'apport des Anti-Pop Consortium en pleine forme. Un apport qui permet de réévaluer l'intérêt de ces morceaux.

Du côté des nouveux titres, Lamborghini Meltdown ne détonne pas avec ses claviers envahissant et un chant très années 1970 de Zackey Force Funk qui s'accorde bien avec le psychédélisme moderne de l'Américain. Pour sortir du lot, il faudra attendre The Injury dans lequel Doseone profite de la mélodie minimaliste pour envahir le beat de son flow survolté. Seul l'un peu trop brouillon 2 Thick Scoops avec Serengeti détonne avec sa guitare saturée démesurée. Le reste est à l'image de Tobacco : puissant et inventif.

 

Avec ce maxi, plus rap et toujours aussi barré, il nous fait préférer une brochette de MC inspirés à Beck qui nous avait bien peu convaincu sur Maniac Meat. C'est dans cette direction que nous voulons qu'il creuse ! En revanche, pour la pochette, ce n'est toujours pas ça...

 

http://www.maniacmeat.com/wp-content/uploads/2010/09/lauti2.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

flexynoises 29/01/2011 18:53


stylé! je connaissais pas!