Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 12:12

Sortie : novembre 2011

Label : Mille Plateaux Organics

Genre : B.O d'un film inexistant

Note : 8/10

 

Certains défricheurs connaissaient déjà Ross Mc Lean sous son pseudonyme de Mawglee, à l'époque où il sévissait sur le label de Brighton Tru Toughts. C'est lui qui se cache derrière ce nouveau projet : The Lawless. Voilà une occasion pour la crémerie allemande Mille Plateaux de donner naissance à une énième sous-division, simplement nommée Mille Plateaux Organic. Marcus Gabler (le boss), dit que c'est une des oeuvres les plus surprenantes et passionnantes qu'il ai sorti. Tentons donc de voir si le ramage est à la hauteur du plumage de cet oiseau de bonne augure.

 

Électronique ? Modern Classical ? Folk ? Il est impossible d'étiqueter cet album d'un genre bien précis. Ou alors il faut accepter de tous les lui conférer. Au delà de la considérable somme d'instruments naturels qu'il contient, la véritable force de Habit Forming est de parvenir à narrer les tribulations de personnages aussi improbables que les paysages vers lesquels l'auditeur est transporté. Ceux qui penseront voir des hobbits courir derrière une diligence en plein milieu du Sahara ne sont pas fous. Rassurons les donc. Les superbes mélodies de cet opus renvoient aussi bien au western, aux aventures de Don Quichotte qu'aux intrigues en costumes des cours royales.   

Habit Forming, ou comment transposer un saloon fleurant bon le pubis et le whisky bon marché à Versailles. The Lawless, ou l'incongrue rencontre entre Serge Gainsbourg et Ennio Morricone.

Il est rare qu'un producteur électronique n'étale autant de talents d'orchestrations sans excéder dans la surcharge. Rien ne dépasse malgré la richesse et la luxuriance. Même les quelques accents kitsch de Italian Type et son accordéon (oui oui) ne parviendront pas à ôter le sourire surpris qu'arbore notre visage. 

Les cordes sautillent tandis que les murmures de Shona Foster et de Fifi Dewey virevoltent comme des feuilles mortes libres dans le vent. L'utilisation des crins et des cordes (surtout les guitares) est admirable mais la vraie surprise survient lors du constat de l'apport des cuivres (trombone, tuba, trompette), administrant une dimension onirique à un scénario déjà bien captivant. Les titres New Habits, Lines Upon Lines, Neon Dunes et The Bridge (il porte définitivement bien son nom celui-là) ont donc logiquement ma préférence.

Ceux qui avaient eu le bon goût et la bonne idée d'adorer Felt Mountain des aujourd'ui en inexorable errance Goldfrapp retrouveront peut-être ici certaines inexplicables ressemblances. Mais le film ou les tableaux proposés ici en musique n'existent pas. Du moins pas encore. Chacun peut donc y aller de sa palette de couleurs ou de son story board et ainsi vivre sa propre représentation. Ceux qui manquent d'imagination peuvent se contenter de la force et de la beauté intrinsèque de la musique. Y aussi bien moyen.

 

Effectivement la surprise est à la hauteur du sentiment de conquête à l'écoute de ce superbe album. Les chemins de la diversification entamés du côté de chez Mille Plateaux peuvent peut-être annoncer de jolies promesses. L'intemporel Habit Forming n'est lui pas prêt de quitter les abords de ma platine. Un des trucs les plus attachant que j'ai eu la chance d'écouter depuis longtemps. Même si des extraits ou une écoute intégrale en streaming est aisément trouvable, je ne peux que vous conseiller de l'acquérir dans sa version charnelle. Il le mérite largement.

 

http://4.bp.blogspot.com/-TOqsNAwS-q4/TvS8jWYwnwI/AAAAAAAAA68/uAI7uYHdW6g/s1600/o3760010.jpg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Pol 16/01/2012 16:34

J'ai adoré, merci pour la découverte. C'est réellement très évocateur en effet, un véritable voyage à travers les contrées et les époques.

Rabbit 14/01/2012 14:53

Merci du tuyau, je viens d'écouter quelques extraits (Goldfrapp et Morricone, comment refuser ?) et en effet ça sent bon cette affaire. Un petit côté Yann Tiersen qui aurait été élevé à Third Eye
Foundation aussi (enfin, il paraît qu'il l'a été mais ça s'entend pas). Ou un croisement entre Skúli Sverrisson et Chapelier Fou ? Sympa en tout cas que Mille Plateaux sortent un peu de l'électro
exigeante qu'on leur connait.