Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 20:11

Sortie : 3 Septembre 2012

Label : Border Community

Genre : Techno-IDM

Note : 4/10

 

L’Anglais Nathan Fake fut l’élément déclencheur, celui qui provoqua la lame de fond techno-trancey au début des 00’s. Son pote James Holden commençait à peine à diriger l’entité Border Community que tout une pseudo-scène trancey en profita alors pour exploser. En 2005, il fut alors impossible de passer une soirée techno sans finir les bras en l’air en écoutant The Sky Was Pink, monument électronica de Nathan Fake remixé avec génie par James Holden (rappel ici). Notre petit anglais sortit dans la foulée le fort sympathique et aérien Drowning In A Sea Of Love. S’en est suivit un silence radio de 3 ans et la sortie d’un Hard Islands volontiers plus techno mais un brin pantouflard. Nouveau silence radio de 3 ans avant le retour aujourd’hui de l’enfant prodige, toujours à la même adresse, pour un Steam Days qu’on jugera au mieux anecdotique, au pire insipide.

 

C’est emmerdant de retrouver un artiste et de se rendre compte qu’il n’a pas évolué, pire, qu’il a régressé. Que ce Steam Days sonne daté ! Je veux bien admettre le fait que Nathan Fake n’en a rien à foutre des nouveaux codes en vigueur, que pour lui la mode est une vaste connerie (sur le fond, difficile de le contredire) mais réussir à s’enliser avec autant de convictions dans une techno-IDM aussi naïve que faussement trancey est triste. Nathan Fake tombe dans l’écueil de la répétitivité, en oubliant que depuis le début des 00’s, le son a puissamment évolué, atteignant aujourd’hui des qualités en sound-design dépassant l’entendement (et faisant qu’il est devenu difficile d’apprécier correctement un album si on ne possède par un matos hi-fi coutant un bras). SonSteam Days sonne étonnamment cheap et rappelle les belles heures de l’IDM du début des 90’s. Mais ce temps-là est désormais révolu et n’a aujourd’hui qu’une valeur testamentaire (sauf rares cas). Ainsi, Nathan Fake aurait beaucoup écouté Autechre ces derniers temps, mais on a l’impression qu’il a découvert le groupe via Incunabula, sorti en 1993, et que le cheminement s’est arrêté aussi net.

Si Nathan Fake ne s’était planté que là, on aurait alors pu croire qu’il s’agissait d’un album hommage à l’early-IDM, mais Steam Days n’est que survol. On n’accroche à rien, à aucune mélodie. L’album traverse votre espace mental comme un courant d’air. La faute revenant en grande partie à un son trop rond, trop propre, trop aseptisé. Tout cela manque d’aspérités ! Ajoutons à ce triste étalage négatif que l’album manque d’émotions. Jamais joyeux, jamais angoissant, on ne navigue même pas entre deux eaux puisque c’est l’indifférence qui prend le dessus.

Etrangement, les morceaux les plus intéressants de l’album se révèlent être les plus évidents, les plus immédiats, presque les plus vulgaires. La répétition de quelques notes et l’ascension prévisible de Glow Hole ainsi que le martellement lumineux de Warble Epics démontrent que Nathan Fake a besoin d’un fil conducteur pour maintenir l’attention de l’auditeur.

 

C’est un triste constat qui s’impose face ce Steam Days de Nathan Fake. Lui qui aura suscité tant d’attentes n’est désormais plus que l’ombre de lui-même.

 

http://www.bordercommunity.com/borderbooking/wpblog/wp-content/uploads/2012/09/SteamDaysFINALCOVER-1024x1024.jpg

 

par B2B

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

LOKISS 28/09/2012 22:52

c'est étrange de baser la critique d'un produit artistique sur la teneur technique de produits actuels / contemporains. Donc il faut créer selon la haute technicité en cours ? (donc ce site
internet est absolument has been techniquement parlant).
C'est étrange. J'écoute cet album. Je pars sans préjugé. Et la technique que je connais assez bien. cependant, je jugerai sur l'honnêteté, la personnalité, l'ame, le reste on s'en branle comme de
l'an 40.
En plus vous parlez d'un genre éculée et viellot comme le dubstep ... ça ressemble à du scorn ... mais sans doute avec des machines nettement plus puissantes ... et ... ?
Rolling Stones torche le même album de black music depuis 50 ans, qui s'en plaint ?

Chroniques électroniques 29/09/2012 11:14



Ah mais tu as raison de clairement remettre en cause mon argument premier. Sur le fond tu n'as pas tort d'ailleurs. Maintenant, même en enlevant cela, cet album de Nathan Fake est à chier. Le mec
semble régresser, il ne se passe rien. Et justement, concernant l'âme, c'est bien pauvre aussi. Il ne fait rien passer à ses auditeurs, c'est plat et sans conviction.


 


Sinon, Rolling Stones c'est de la merde. Moi, je m'en plains.


 


B2B



Poulain 18/09/2012 00:14

T'emporte pas pedrolito, l'équilibre des deux ça va exister/ça existe ; de plus en plus travaillé, de plus en plus intéressant.. Méchant personnage négatif !

damien 15/09/2012 18:38

Voila un article qui me fait dire: les musiciens electroniques d'aujourd'hui ne sont tellement plus foutus d'ecrire une ligne melodique qui dechire (nathan fake) qu'ils se rabattent en effet sur le
"design sonore" (kangding ray), c'est-a-dire se bornent a emmerder le moindre melomane, et enchanter le premier geek venu (qui se dira esthete). pour moi c'est des ingenieurs ces gars-la, pas des
musiciens.
bien sur bach en concert et bach sur une radio de poche c'est pas pareil, mais dans les deux cas il y a un truc qui passe. je dis bach mais je dirais aussi bien drexciya, dj quik, les residents,
j'en sais rien.
ca me pose vraiment probleme que le "design sonore" (c'est-a-dire uniquement l'exageration du mix dans une production) devienne lui-meme de la musique. ca me fait penser a une installation super
ringarde que j'avais vue a la fnac il y a un bail, pour venter les merites du dolby mon cul point 5, avec un fauteuil en skai, deux petites enceintes carrees top design surelevees a 153,4cm sur
deux pieds signes stark, et des compos commandees pour l'occasion a Jean-Michel Jarre. C'etait horrible et je me demande si c'est pas ca le futur du design sonore.

pSk 12/09/2012 08:39

Son dernier EP m'avait déjà convaincu de ne pas écouter ce LP. Il semblerait que c'était une bonne intuition.

Louis 05/09/2012 10:56

Totalement d'accord. Pourtant ce petit a pu me faire rêver en live ou avec certains maxi, il n'a jamais réussi a passer l'épreuve du LP, et celui ci ne fais qu'enterrer mes derniers espoirs.