Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 16:34
Sortie : décembre 2009
Label : Stones Throw


Un chanteur allumé, amateur de pop 80's, d'électro et de rap... forcément une signature Stones Throw. Après Welcome l'an passé qui avait reçu un bel accueil critique même s'il ne m'avait pas convaincu, James Pants publie un nouvel album qui se veut être la bande originale d'un culte né de son imagination. Il conserve la même recette que pour sa précédente galette en mélangeant ses influences pour un résultat assez varié alternant chansons légères (A Chip In The Hand), new wave sombre (Wormhole) et autres plages hybrides (Wash To Sea). Si l'univers de l'Américain est riche et qu'il a un talent certain pour produire des morceaux à la croisé des genres, sa musique reste assez déroutante, partant souvent dans tous les sens et flirtant parfois avec le mauvais goût. Les passages pop sont d'ailleurs les plus douteux, car généralement les moins originaux sous couvert de second degré. Ainsi Thin Moon (en téléchargement gratuit sur le site de Stones Throw), et ses claviers à la limite du vulgaire, font plus sourire que séduire. Les mystérieux Sky Warning et Not Me avec ses breaks de guitare attirent en revanche plus notre curiosité...
Seven Seals est une suite de titres dont la logique est loin d'être évidente. Seule la voix de James Pants fait le lien.. mais c'est quand il s'affaire sur ses machines qu'il est le plus intéressant. Il progresse alors dans un domaine quasi expérimental, notamment sur I Promised I Lied, à creuser. Dommage dans ces cas là que les titres soient aussi courts.
L'Américain continue de creuser son sillon sans totalement nous entraîner dans son délire, un peu trop pop à mon goût.


par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Benjamin F 08/12/2009 15:07


Tiens une nouvelle signature Stones Throw, je m'écoute ça...