Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 13:05
Date : 5 décembre 2009
Lieu : Rex Club (Paris)



1h30, le Rex se profile. La queue se dilue dans les rues parisiennes. Le line-up de cette nouvelle soirée Casa Nostra attire les foules ce soir. Le clubbing en crise ? Pas ce week-end en tout cas. Entre un Kalkbrenner sold-out la veille au Social et une soirée au Rex blindée, on reprend confiance en la nuit techno parisienne.


Agoria est aux platines. A peine le temps de se frayer un chemin vers le dancefloor que le Lyonnais balance une montée surpuissante. Le ton est donné, Agoria distillera une techno fédératrice. Pendant une heure, son set sera d’une efficacité redoutable. Toutes les deux minutes, il prend son temps pour vriller les cerveaux, faire lever les bras et provoquer un état de transe générale. Le public est conquis, en redemande. Sebastien Devaud confirme définitivement sa réputation. C’est un fait, il se place désormais juste derrière Laurent Garnier au panthéon des DJ français, le mec possédant cette rare capacité de pouvoir totalement gérer une foule en mêlant fluidité et puissance.

Carl Craig attend patiemment son tour derrière le Lyonnais. 2h30, le pape de Detroit, toujours aussi charismatique, prend avec facilité les rênes du Rex. Le club dégueule de monde, le son est parfait. Son set est plus linéaire que celui d’Agoria tout en évitant de sombrer dans la facilité. En jouant moins sur les breaks extatiques, en s’appuyant davantage sur les basses, Carl Craig démontre une nouvelle fois son exemplaire maîtrise.


3h50, retenti enfin The Bells de Jeff Mills que Carl Craig ne peut s’empêcher de passer à chacun de ses sets. Touché par la fatigue, c’est le moment choisi pour s’éclipser définitivement. Décidément, le Rex sait soigner avec douceur son public, cette nouvelle résidence d’Agoria augure des soirées mémorables.

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans concert-soirée-festival
commenter cet article

commentaires