Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 16:53

Année : 2009
Label : Mule Musiq

Genre : Deep-house

Note : 9/10

Puristes de la house, amoureux transis de deep-house, ce bijou est fait pour vous.
Terre Thaemlitz est bien plus qu'un simple pousseur de disques puisque c'est un des plus grands activistes du mouvement house new-yorkais depuis plus de 15 ans. A la fois DJ, producteur, écrivain et réalisateur, son oeuvre est avant tout marquée par son positionnement critique. Ce transsexuel a toujours soutenu avec ardeur les minorités sexuelles et ethniques. Quoi de plus logique pour ce natif du Minnesota, de se retrouver à New-York lorsque le mouvement house explosa dans des clubs aussi mythiques que le Paradise Garage.
Son oeuvre est tentaculaire (plus de 15 albums) et il officie sous plusieurs pseudos. Midtown 120 Blues parait donc sous le nom de DJ Sprinkles sur un label japonais, Mule Musiq, car Terre y a posé ses valises. Cet album est un hommage poignant aux clubs transsexuels de la 42e rue et s'adresse aux amoureux de la vraie musique house. Si vous êtes nostalgiques de Theo Parrish ou Kenny Dope, nul doute que vous allez verser votre larme pendant l'écoute. Si vous ne jurez que par Moodymann, foncez les yeux fermés.
Midtown 120 Blues c'est 10 titres pour 80 min de mélancolie, de house ultra sexuée, d'ambiance moite. Chaque titre possède sa propre vie, raconte une histoire. On retrouve justement ce coté soul du son new-yorkais avec des voix hantées et désincarnées (Sisters, I Don't Know What This World Is Coming To), ce côté jazzy avec ces notes de piano (Midtown 120 Blues, Reverse Rotation) ou d'instruments à vents (Brenda's 20$ Dilemma). Les basses sont enveloppantes, on s'y sent bien. Impossible d'isoler un morceau car il s'agit d'un tout.
Pendant plus d'une heure, on a l'impression de se retrouver avachi dans un vieux canapé défoncé, dans un de ces clubs new-yorkais de la fin des 80's, à observer la fin d'une époque tout en gardant un sourire ineffaçable. L'écoute de ce chef d'oeuvre procurera un plaisir sans fin pour tout auditeur exigeant.

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

FUNKY5 22/04/2009 20:03

EN EFFET GRANDE CLASSE MAIS BIZARREMENT IL M'A PLUS A LA PREMIERE ECOUTE...
PLUTOT TRANQUILLE MAIS PAS DE LA SOUPE LOUNGE

Ed Loxapac 20/04/2009 21:50

Effectivement album admirable. Brenda $20 mais surtout Ball'r sont exceptionnels. La comparaison avec Moodymann n'est pas usurpée surtout avec l'album Black Mahoganny.
Je suis pas sûr que ce soit son style de fréquenter les travelots.