Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 15:06

Année : 2009
Label : Eskimo Recordings

Genre : Nu-disco

Note : 7/10

La Norvège a musicalement le vent en poupe depuis quelques années. Faut dire qu'il n'y pas grand chose à faire là-haut à part squatter sur des machines pour en sortir des sons intéressants. Nos deux compères Lindstrom et Prins Thomas s'en donnent donc régulièrement à coeur-joie pour nous sortir des albums totalement anachroniques. Des deux gaziers, c'est surtout Lindstrom que le public connaît, faut bien avouer que personne n'a jamais réussi à se remettre de la bombe trancey I Feel Space.
Arrive donc le nouveau poulain du duo sporadique : II, qui fait suite au premier LP éponyme. Bienvenue en terre space-disco. Hein ? La space-disco c'est ce son improbable des 70's qui mélange synthés, thèmes de science-fiction et rythmiques lentes. Remis au goût du jour, on peut appeler ça de la deep-house gonflée au sexe.
Ce nouvel opus est un hommage à ce style naïf, kitsch. Ca s'écoute sans s'entendre et pourtant ça fait monter sévèrement la sève. Cet album sent diaboliquement le sexe, c'est une offense à Christine Boutin. La recette est toute simple : on cale un bpm à 110, on rajoute une petite nappe ambient, des bruits aériens (Rothaus), une ambiance plage et sable fin (For Ett Slikk Og Ingenting) et on soupoudre le tout avec des petites notes faciles de synthés. C'est basique ? Oui ! Et bien entendu, il faut faire durer le plaisir avec des morceaux de 10 minutes qui s'enchaînent.
Résultat : on en ressort moite.
Ce n'est pas un album pour danser mais un album pour faire l'amour. Ca rappelle parfois les bonnes vieilles BO des films érotiques italiens de Joe d'Amato (mais si, vous connaissez : ça se passe toujours dans un château avec une servante prude qui découvre le sexe dans les bras velus d'un moustachu). C'est donc un objet totalement dispensable pour les célibataires mais chaudement recommandé pour les autres. Au bout du compte, pour une fois, la musique compte moins que son objectif.


par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Music Destock 31/03/2009 16:44

Un BerlinToBarcelona qui revient vers du Love. Ca fait plaisir...
Je ne sais pas pour vous mais moi en écoutant celle que vous avez calé dans votre "radio" disons plutôt jukebox, "For ett slikk og ingenting" çà me fait beaucoup pensé à du Air quand même.
La grosse basse, l'ambiance spaciale, l'envie de faire l'amour :)
Ouai ... on dirait un nouvel album de Air en trop répétitif quand même et on a envie de décollé encore plus... ah en remarque sur la fin çà vient çà vient çà vient ! Ah ouaiiiiii ... çà doit marcher au pieu çà. Mais Venetian snares ensuite ... faut pas hein ! Les gars mettez le CD et pas la playlist des chroniques electroniques car çà enchaine avec du gros Venetian Snares... Chérie risque de ne pas apprécier ;-)
En tout cas bien déniché B2B.
Même si tu m'as plus surpris et fait plaisir avec Infinite Scale... Après c'est une question de moment d'écoute, et d'appréciation personnelle.
Ciao Les Chroniques Electroniques.

Chroniques électroniques 31/03/2009 17:08


J'avais pas fait gaffe mais c'est vrai que l'enchainement avec Venetian Snares sur la playlist va en faire débander plus d'un.