Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 16:53
Année : 2009
Label : Nobody's Bizzeness

Huit ans après leur première collaboration, le duo grenoblois Miss Kittin et The Hacker revient avec ce nouvel album Two.
Leurs opus solos ne m'avaient pas vraiment convaincu. La mémoire collective retiendra forcément les titres 1982 ou Franck Sinatra qui figuraient sur leur First Album.
Celui-ci apparaît comme un patchwork de toutes leurs influences : rock, new-wave, krautrock, disco punk...
On les sent quand même bien marqués par les années 1980.
Je trouve cet album inégal, des pépites côtoient des titres plus que dispensables.
Lorsqu'ils utilisent je ne sais quel synthé, trop cheap, sur les titres 1000 Dreams ou Electronic City, ça sonne franchement dépassé et un brin dream techno acidulée. Bref, certains morceaux ont tendance à pointer vers la pop et c'est dommage.
Je préfère pour ma part lorsqu'ils se cantonnent à une techno minimale moite et crade, qui sent bon la sueur de dancefloor, représentée sur cet album par le bon Rayban (track 9).
On se consolera avec The Womb, morceau d'ouverture annonciateur du meilleur. On retiendra également Indulgence
et sa montée tout en crescendo, capable de réveiller n'importe quel dancefloor inerte. Party in my Head fait penser à un morceau de Donna Summer chargée au MDMA, tandis que les sonorités mécaniques et inquiétantes de Pppo rappellent les grandes heures du duo.
Ne cédant pas à la mode française actuelle du tout putassier,  Two ne convainc qu'à moitié.
Je reste par ailleurs curieux de voir ce que donneront ces morceaux joués en live, lors de prestations dont la bonne réputation n'est plus à faire.

par Ed Loxapac

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires