Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 10:45
Label : Citizen Records
Année : 2008

Artiste dark et torturé, moitié de Blackstrobe et auteur d'un album pop expérimentale sous le nom de Zend Avesta, Arnaud Rebotini est un musicien à part entière.
Il s' inscrit dans une démarche nouvelle où le live est le point de départ du projet. L'idée est de construire un set résolument dancefloor, sans utiliser de laptop ni de séquenceur externe mais uniquement des machines emblématiques (TR 909, TR 808, SH 101, JUNO 60, KORG MONOPOLY).
Ces machines que l'on pourrait qualifier de "vintage" aujourd'hui, n'altèrent en rien l'énergie déployée par Rebotini à donner une dimension live à cet album.
Sorti sur Citizen Records, label du dijonnais Vitalic, cet album a été masterisé par Moritz Von Oswald, moitié du mythique duo Maurizio. Autant dire qu'il y a du beau monde autour du lascar...
Et le résultat est là, une techno pure et dure, calibrée pour mettre en transe les dancefloors enfièvrés de France et d'ailleurs.
Homogène et efficace, il n'y a rien à jeter dans ce disque même si les magistraux Un Cheval d'Orgueil, Conakry Filter Sweep, 777 et le tonitruant Decade of Agression sortent du lot.
Un album qu'il est bon de se prendre en pleine gueule.
Cela faisait longtemps que le label Citizen Records n'avait pas sorti un disque aussi intéressant.


par Ed Loxapac

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires