Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 10:30
Année : 2009
Label : Veryverywrongindeed


Le label Veryverywrongindeed s'est confié pour mission de sortir une longue série d'enregistrements live.
Premier de la série, celui de Spektre au Glade Festival.
Autant dire qu'à Dour en 2008, un live comme ça aurait été le bienvenu, et cela même si nous avons été bien servis.
Décrit par beaucoup de ceux qui y ont assisté comme un des moments forts du festival, il est question ici d'une techno binaire du meilleur goût qui ravira les fans de Richie Hawtin, de Magda ou encore de Sven Väth.
Constitué de remixes que je n'ai pas identifiés et de productions personnelles, cet enregistrement est efficace.
Même de bon matin, voilà un live qui serre les mâchoires.


par Ed Loxapac
Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 19:58

Année : 2009
Label : Sending Orbs

Genre : Ambient techno

Note : 7,5/10

Il manquait un disque de saison, un album que l'on écoute au chaud chez soi, un son propre à l'hiver. Et tout droit sorti d'Islande, débarque Aalsteinn Gumundsson (aka Yagya) avec son Rigning. Ce musicien nous livre un très beau disque d'ambient techno donnant envie de s'emmitoufler dans une couverture épaisse.
Un disque d'une rare homogénéité, sans nom de piste mais avec seulement une succession de morceaux lents et ouatés. On entend la pluie tomber, des petits craquements par dessus les nappes minimalistes et les basses profondes. Ca rappelle étrangement l'univers de Brian Eno ou Philip Glass.
Aucun morceau ne sort vraiment du lot. Ca s'écoute tranquillement chez soi, rien ne venant agresser l'oreille de l'auditeur. Je recommande d'ailleurs une écoute au casque ou avec un bon ampli afin de se laisser prendre par la profondeur des basses.
Voilà le genre de bande son idéale pour un triste après-midi pluvieux.


par B2B
Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 17:29

Label : Rephlex Records
Année : 2008


Wisp est un musicien officiant dans l'IDM. Quand on rentre dans son univers et qu'on y trouve son compte, chaque sortie d'album ou de maxi est attendue. Le dernier EP en date, Kalabatic, est paru chez Rephlex Records (le label d'Aphex Twin), cela devait bien finir par se produire et c'est bien légitime. Ces 4 nouveaux titres ne dépareillent pas dans la discographie du bonhomme, rien n'est à jeter, ça s'écoute d'une traite.
Le son de Wisp est reconnaissable entre mille ; des nappes dignes d'une B.O. de Badalamenti avant l'arrivée fracassante de milliards de sons venant dézinguer l'ordre établi. Tout cela pourrait donner une bouillie indigeste mais le mec sait chevaucher, entrelacer, fondre tous ces sons pour arriver à une cohérence exemplaire. Son IDM est des plus accessible, c'est ce qui fait la force (les montées puissantes) mais aussi la faiblesse (trop de linéarité) de ses compositions.

Je ne peux que vous conseiller d'aller sur le site officiel de Wisp qui laisse en téléchargement libre une large partie de sa discographie.

 par B2B
Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 16:26
Année : 2009
Label : Output Records



Circlesquare (Jeremy Shaw) est un artiste canadien aujourd'hui établi à Berlin. Déjà auteur de l'album Pre-Earthquake Anthem et du EP Fight Souns, tous deux sortis chez Output Records.
Shaw fait figure d'ovni iconoclaste au sein de ce label, avec ses influences allant de Leonard Cohen à Angelo Badalamenti.
Ce disque n'est pas un album de musique électronique comme on a l'habitude d'en écouter.
C'est plutôt les délires sous opiacés d'un mec qui a grandi au son du rock et qui a découvert les machines.
Des paroles chantées par Jeremy figurent sur tous les titres. Le chant est nonchalant, désenchanté et cynique.
La musique, elle, oscille entre shoegaze, rock et electro-ambient. Guitares liquéfiées et batteries hypnotiques apportent une musicalité rarement entendue. Grosse grosse classe...
Le sublime titre de clôture All Live but the Ending, agit comme un onguent narcotique des plus frappants.
Un album magnifiquement sombre, aux antipodes de la pop sucrée qui envahit les ondes.
Ce disque fera également figure d'ovni au milieu des disques chroniqués sur ce blog, mais quelques écoutes vous convaincront qu'il y a bien sa place.
Mon coup de coeur du mois.


par Ed Loxapac
Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 15:17

Année : 2009
Label : Kompakt
Records


Après avoir sorti deux maxis remarqués, Carbonat et Black Smoker, Piemont revient avec un album à dominante techno. Tantôt atmosphérique tantôt dancefloor, sa musique est variée sans perdre en cohérence.
Un album homogène donc, même si on regrettera que les tracks les plus intéressants soient les maxis préalablement publiés.
Salué par le pape Richie Hawtin, Piemont livre ici un album intéressant mais pas immanquable.
On attendra plus à la prochaine sortie car le potentiel est là... seules l'originalité et la désertion des sentiers battus manquent à l'appel.


par Ed Loxapac
Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 10:45
Label : Citizen Records
Année : 2008

Artiste dark et torturé, moitié de Blackstrobe et auteur d'un album pop expérimentale sous le nom de Zend Avesta, Arnaud Rebotini est un musicien à part entière.
Il s' inscrit dans une démarche nouvelle où le live est le point de départ du projet. L'idée est de construire un set résolument dancefloor, sans utiliser de laptop ni de séquenceur externe mais uniquement des machines emblématiques (TR 909, TR 808, SH 101, JUNO 60, KORG MONOPOLY).
Ces machines que l'on pourrait qualifier de "vintage" aujourd'hui, n'altèrent en rien l'énergie déployée par Rebotini à donner une dimension live à cet album.
Sorti sur Citizen Records, label du dijonnais Vitalic, cet album a été masterisé par Moritz Von Oswald, moitié du mythique duo Maurizio. Autant dire qu'il y a du beau monde autour du lascar...
Et le résultat est là, une techno pure et dure, calibrée pour mettre en transe les dancefloors enfièvrés de France et d'ailleurs.
Homogène et efficace, il n'y a rien à jeter dans ce disque même si les magistraux Un Cheval d'Orgueil, Conakry Filter Sweep, 777 et le tonitruant Decade of Agression sortent du lot.
Un album qu'il est bon de se prendre en pleine gueule.
Cela faisait longtemps que le label Citizen Records n'avait pas sorti un disque aussi intéressant.


par Ed Loxapac
Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 10:40

Label : M_nus Records
Année : 2009

Genre : Techno mental

Note : 7/10

Un EP de 9 titres, c'est plutôt rare dans le paysage techno. Et un EP moite et implacablement dansant ça l'est encore moins chez M_nus Records, le label du maître Richie Hawtin.
Hobo c'est de la techno sous stéroides, de l'efficacité binaire qui sent la sueur. Difficile d'enchaîner les 9 titres d'affilée tant l'implication physique se révèle indispensable. Les morceaux donnent dans la techno rèche et frontale, ici pas le temps pour des grosses montées orgasmiques, on est dans le domaine de la techno minimale et druggy. Chaque titre a ses petites sonorités déviantes pour empécher nos neurones de fonctionner correctement. On nage dans un son ressemblant aux anciennes productions de Black Strobe ou The Hacker.
La face B est plus efficace, plus facile, grâce à des titres comme I'm Not It ou Occam's Phaser.
Un EP qui mérite que l'on s'y attarde mais se révélant avant tout un outil idéal pour un DJ voulant ranimer un dancefloor de zombies dans une cave à 5h du mat'.



par B2B
Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 15:42
Année : 2009
Label : Pias



Voici le premier extrait de la collaboration entre Amon Tobin et DoubleClick (Joe Chapman).
Le rappeur Sway y pose ses lyrics drôles et conscientes.
Cette union sous le nom Two Fingers est née à Brighton, avant qu'Amon Tobin n'aille s'installer à Montréal.
Ils ont décidé de réaliser une musique qui n'a rien à voir avec leurs démarches artistiques individuelles, cela dans le but de créer un espace unique et bien dissocié.
En résulte une bombe sonique hip-hop, extrêmement bien produite.
La touche d'Amon Tobin est immédiatement détectable bien que marquée du style tout britannique des deux autres membres.
Sur ce disque figurent également une piste instrumentale du single et un remix de Emalkay.
Un album, qui devrait voir le jour en mars 2009, figure déjà parmi les productions les plus attendues en Angleterre.
On  brûle d'impatience...


par Ed Loxapac
Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 14:59
Année : 2009
Label : Ostgut Tontrâger


Ben Klock est un des DJ résidents du mythique Berghain, cathédrale techno de Berlin.
Cet album est donc destiné aux aficionados de la scène berlinoise et de toute l'acidité qui la caractérise.
Il livre ici un opus dans la pure tradition techno allemande bien que teintée de dubstep.
Beaucoup de titres intéressants, mais l'ensemble est assez indigeste par trop de linéarité.
Lorsque on écoute l'album d'une traite, la fin peu s'avérer des plus pénibles.
Une sélection est donc à faire, les DJ la feront sans mal, cet album étant calibré pour eux.
Ce disque sera apprécié par les amateurs de la compil' Berlin  Calling de Paul Kalkbrenner.


par Ed Loxapac
Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 05:30
Année : 2009
Label : Prime numbers



Trus'me
est allé chercher cet Ecossais pour lui faire réaliser ce disque de quatre titres sur son label, le désormais très en vogue Primenumbers.
Le titre d'ouverture, Armour, est tout bonnement terrifiant. Mêlant sons de Detroit (chers à Trus'me) et une techno très dark. Des basses littéralement assomantes martèlent l'auditeur que je suis, pour me séduire immédiatement. Cela faisait longtemps que je n'avais entendu quelque chose d'aussi brillant dans ce genre de sons. Peut-être depuis le premier album de Trentemoller, dans un registre un peu différent...
Le premier titre est bien meilleur que les autres mais on a bien là affaire à un nouveau prince du laptop, tritureur de sons sombres technoïdes torturés.
Ce EP tourne à la démonstration de maître, tellement l'univers est riche et varié et cela, sur seulement quatre titres.
Mon usage excessif de superlatif ne peut que vous convaincre de vous ruer sur ce disque.
Prime Numbers frappe fort et confirme bien des espérances !


par Ed Loxapac
Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article