Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 21:03

Sortie : juillet 2011

Label : 4AD

Genre : Dubstep 8-bit, IDM vintage

Note : 7,5/10

 

Le mystérieux Anglais Zomby nous revient pour un second LP : Dedication. Après un premier en 2008, intitulé Where Were U In 92 ? (Werks Discs), qui proposait un curieux revival rave un peu kitsch, Zomby s’est essayé sur une dizaine de maxis (dont deux sur Hyperdub) à une tentative peu commune : concilier un dubstep léger mâtiné d’IDM rétro avec de la 8-bit. Et ça sonne pas mal !

 

C’est le label 4AD qui distribue ce Dedication, ce qui est en soi un fait historique. Label mythique anglais fondé en 1980, pionnier dans beaucoup de ce qui s’est fait de mieux en musique gothique éthérée durant cette longue décennie (Bauhaus, Dead can Dance & This Mortal Coil, Cocteau Twins), 4AD n’en avait pas moins finalement pris assez tôt un virage indie (n’est-ce pas lui qui découvrit également les Pixies ?), virage qui s’est même intensifié jusqu’à nos jours (Bon Iver, TV on the Radio, The National, que sais-je…). Mais de là à signer un type comme Zomby, il fallait franchir un pas nouveau dans la direction musicale du label !

D’autant que la musique de Zomby est assez particulière. Un point avant tout, qui intrigue forcément : la durée des seize tracks de ce Dedication, dont la moyenne est de… 2’20 ! A vrai dire, on se l’explique assez mal. Tout se passe comme si, ayant enregistré un double LP rempli ras la gueule de morceaux de plus de sept minutes, Zomby avait subitement décidé de sélectionner le meilleur passage de ces longs morceaux, pour finalement ne présenter qu’eux en trentaine de petites minutes. La démarche, droit au but, court et efficace, n’est pas sans rappeler, à un tout autre niveau, celle du grindcore (débuts et arrêts de morceaux abrupts, volonté d’aller immédiatement à l’essentiel, mise en avant de l’énergie musicale).

Musicalement, c’est fatalement déstabilisant. D’autant que le LP démarre par des morceaux franchement dubstep, épurés de ses classiques bass-vomiting, et 8-bit exclue. Witch Hunt ouvre le bal en rappelant le classique Night de Benga, quand Alothea affiche un dubstep un peu tristounet et assez joli. Mais c’est sur le single Natalia’s Song que Zomby commence à réellement convaincre. La chose fait penser à de l’IDM sous lithium plaqué sur une rythmique dubstep cotonneuse, où un joli brin de voie féminine samplé confère à l’ensemble une énergie mélancolique, à la fois poppy et malsaine.

Mais dès le quatrième morceau Black Orchid, le son tellement typé de la 8-bit intervient à quasiment tous les tracks. Le mariage n’est évidemment pas dénué d’accrocs : dubstep, 8-bit et IDM sont à la base des styles suffisamment étrangers les uns des autres pour que l’écueil menace à chaque boucle. Tous les morceaux ne sont donc pas absolument folichons, mais des titres comme Lucifer (56 secondes !), Digital Rain ou Haunted parviennent à convaincre, se faisant tantôt lyriques, tantôt irrésistiblement dansants, ou tout simplement bien foutus, comme le final Mozaïk.

 

Efficace et finalement audacieux dans ses mélanges, quoiqu’un peu mainstream aux entournures, ce Dedication de Zomby convainc, mais laisse à l’auditeur un goût de trop peu, la faute à cette durée définitivement trop courte des morceaux, qui donne l’impression d’un catalogue sonore intéressant mais factice et trop vite feuilleté. La prochaine fois, on vise les 50 min ?

 

http://passionweiss.com/wp-content/uploads/2011/07/zomby-dedic.jpg

par Pingouin Anonyme 

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires