Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 16:35

Sortie : avril 2010

Label : Boltfish

 

Le Roumain Yvat officie déjà depuis un bon moment dans le petit monde fermé de l'IDM underground. Avec pas moins de 20 albums à son actif, il fait partie de ces nobles sound designers aussi discrets que prolifiques. Bien connu de labels tels que Experimental Seafood ou Cactus Island, il publiait chez le trop rare Boltfish l'inoubliable Kunzite (ici) l'année dernière, figurant en bonne place dans notre Top 2009 du genre (ici). Ceux qui ont assisté à son set lors du Sonar Festival de 2004 sont rares, mais s'en souviennent forcément. Il a récemment aussi publié un pavé de 1 GB baptisé The Art Of Sounds sur une obscure crémerie allemande. C'est en vinyle de luxe ou en version digitale que sortait il y a quelque jours ces six titres classés en catégorie Unfolded.

 

Celui qui se nomme en réalité Octavian Justinian ne se désolidarise pas de son style si inimitable d'orfèvre de la texture sombre et électrisante. Les mélodies sont cérébrales, cahotantes dans leurs méandres, en proie à des contorsions analogiques permanentes. Le schizophrène potentiel que je suis (comme beaucoup de nos lecteurs) peut observer les sinusoïdes étirées et déployées par ce prince des Carpates. Cérébrale et difficile d'accès, la musique d'Yvat peut, parfois, déconcerter les novices par un excès de froideur dans la maîtrise. Les fans et collectionneurs de tout ce que sort le roumain vont quant à eux s'en délecter, électrisés par les ronflements de Blue Tusk, le bionique Alkyd ou le corrosif Contrail. Et cela même si on ne fait qu'effleurer le génie rencontré sur Concert For Violin And Analog Orchestra et Kunzite.

 

Avoir des nouvelles d'Yvat fait toujours plaisir, surtout quand ces dernières viennent de chez Boltfish. Voilà encore un artiste beaucoup trop ignoré qui requiert la plus grande attention. Rares seront les déçus.


par Ed Loxapac

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires