Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 07:43

Sortie : décembre 2011

Label : Self-released

Genre : Dark-ambient, drone, field recordings, experimental

Note : 8/10

 

Un des maîtres de l'électronique expérimentale n'est plus. Après avoir officié plus de dix ans sur le vénérable Type Records et plus récemment sur le jeune et prolifique Digitalis Limited, John Twells, l'homme qui se cache derrière Xela, a décidé de cesser ses explorations musicales. R.I.P. On ne sait pas grand chose de Xela, pas même vraiment où il réside, sinon dans un hypothétique manoir perdu dans le nord brumeux de l'Angleterre. D'abord pourvoyeur d'une belle IDM, c'est ensuite vers l'ambient/drone expérimental, avec fied-recordings, modern-classical et dark-folk en options, qu'il orienta son inspiration. Pour couronner ces dix années musicales en beauté, l'anglais nous livre sa dernière offrande : il s'agit d'un Exorcism terminal.

 

Avez-vous déjà entendu le bruit de la respiration du diable, sifflante, arythmique, soufflant au creux de votre nuque ? Allongé sur une pierre tombale, avez-vous déjà senti la main du démon, plus froide que la pierre, vous serrer jambes et bras, avant de signer sur votre front d'un ongle effilé le seing d'un pacte infernal ? Non ? Il n'est jamais trop tard, puisque Charm met en musique la lente possession d'une âme. Au clair, la lune dévisage une église délabrée dont le clocher sonne sans cesse, monocorde, cadençant cahin-caha cette longue procession de moines blafards aux carillons maléfiques. La fièvre monte, la vision se déforme avec les sons... ça y est, vous êtes possédé.

Heureusement, dans cet Exorcism comme dans n'importe quel nanar de série B, un prêtre est évidemment de passage dans le village afin de tout mettre en œuvre pour chasser Lucifer, souverain parmi les impies. Ainsi débute la Recitation, complainte lancinante réverbérée dans la tête de l'hanté, montant lentement en intensité comme la voix du Tout-Puissant portée dans le cœur du maudit. Les moines aux carillons s'éloignent en laissant derrière eux des effluves de vapeur noire, pendant que votre âme se met à bouillir de la colère satanique devant son glorieux inquisiteur, vous laissant presque inerte, inconscient.

Il est alors temps pour le guérisseur d'administrer la Potion, fruit de traditions ésotériques de la lutte contre les forces nocturnes. Votre cœur se remet à battre, tandis qu'une étrange mélodie vous enveloppe, puis s'accélère, s'accélère encore, se met à bourdonner et à se réverbérer sur toutes les parois de votre être. Une ultime série de spasmes plus tard, et puis vient la déflagration. Vous êtes seul, abandonné par votre hôte. Seul ? Non. Quelque part, au fond de votre psyché, vous l'entendez encore sourdement grésiller, Lui. On ne réchappe jamais totalement de l'empire du diable.

 

En signant cette dernière pièce, Xela couronne une œuvre majeure des dix dernières années. Le malin faisant parfois bien les choses, cet exorcisme est gratuit (ici). Avec un peu de chance, la bonne sœur sans sous-vêtement ne se trouve pas bien loin. Ce serait alors quelque chose comme le paradis.

 

http://diveintosun.files.wordpress.com/2011/12/exorcism_cover.jpg

par Pingouin Anonyme

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Heathcliff 15/12/2011 18:48

Pour l'amour du hideux. Excellent chronique, très plaisante à lire. Xela nous dit Adieu d'une bien jolie manière.

Rabbit 15/12/2011 16:51

Le décorateur est passé chez CE on dirait... mais le noir vous va bien en tout cas.

Chroniques électroniques 15/12/2011 17:25



"When it's cold and when it's dark, the freezing moon can obsess you."


P.A.