Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 19:06

Sortie : mars 2011

Label : Pingipung

Genre : Figure libre autour de l'électronica

Note : 5

 

Wols est un duo de jeunes Russes. Evgeny Shchukin et Alexander Tochilkin, qui ont déjà sorti des titres sur différents label sous le nom Modul, publie un premier album sous ce pseudo choisi car ils défendent une certaine lenteur dans leur musique (slow... qui à l'envers donne Wols) tout en faisant référence à un artiste allemand du début du 20e siècle (Wolfgang Schulze Wols). Ils sont également à la tête de Fuselab, structure média qui diffuse quelques labels dont nous avons parlé par ici comme Jumble. Leur musique est un curieux électronica qui emprunte des sonorités à l'IDM ou un lointain esprit rap instrumental.

 

Ces différents genres musicaux participent de la diversité de ce Unframe qui multiplie les pistes. Touche rap (Geek Rudohop), univers IDM sombre (Bathyschape Finds A Music Box), électronique ludique (Half Ain't Enough) ou pur électronica (Hereineafter), les deux Russes se jouent des styles pour faire leur propre sauce qui évolue aux frontières de chacun d'eux. Le ressenti est donc changeant, tantôt animé et riche, tantôt plus minimaliste et introverti. Ils nous font ainsi naviguer dans un liquid hip-hop bardé de cliquetis rythmiques (Justma), effectue un virage électronica à la montée tant prenante que contenue (Liquid Meets Discrete) avant de repartir vers des contrées plus dubstep (Fractals, Chaos, Power Laws), genre également présent en creux...

Il n'est pas toujours évident de les suivre dans ses différentes voies qui ne se ressemblent pas vraiment tout en gardant un air familier dans le choix des sons, dans les progressions mesurées et dans une certaine esthétique. Il y a une unité de texture. Une continuité de bruissements en marge des mélodies et des tempos qui occupent le premier plan. Un discret univers fait de frottements et de craquements synthétiques coexistent alentours. Une écoute attentive laisse percevoir cet arrière plan minutieux.

Ce travail de liant n'est toutefois pas complètement satisfaisant faute d'une tonalité bien claire. Pris séparément, les morceaux présentent des qualités, mais ils ne forment pas ensemble un récit continu. La variété de ressentis nuit à l'écoute plus qu'elle ne l'anime. L'auditeur se laissera prendre par moment en fonction de ses goûts, mais perdra le fil quand les variations de Wols s'en éloigneront. Certains seront plus intéressés par les penchants organiques du groupe (Hereineafter) quand d'autres céderont plus aux côtés électroniques, exprimé notamment par ce Damage (Rework), sorte de complainte robotique futuriste. Personnellement, quand l'entraînant Tallupa Kids me parlera, l'extrait suivant, le plus froid Subland Hike, provoquera un relâchement de mon attention. 

 

Difficile à critiquer car présentant d'indéniables passages réussis, Unframe pèche par manque de cohérence, mais n'est-ce pas l'idée de départ d'un disque ainsi intitulé ? Les deux Russes ne nous laisseront pas trop le temps de nous interroger sur leur sort, puisqu'ils reviennent dès le mois prochain avec de nouvelles intentions sous leur avatar Modul.

 

http://media.kompakt.fm/01/assets/releases/fitted/pingipung21cd-unframe.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires