Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 12:15

Sortie : 13 juillet 2010

Label : Perlon

Genre : House

Note : 7,5/10

 

Wareika est le projet house de trois Allemands, Florian Schimacher, Henrik Raave et Jakob Seidensticker. Nos trois compères officient tranquillement dans l’ombre, se contentant de sortir confidentiellement leurs productions pourtant hautement qualitatives. Tout amateur d’Henrik Schwarz et de house-jazzy racée se doit de posséder leur dernière création : Harmonie Park.

 

Il s’agit du deuxième long format du groupe sortant cette année après l’estimable Formation. Mais là où Formation était un album au sens classique du terme, Harmonie Park préfère jouer la carte du live en proposant une admirable pièce de 63 minutes se divisant en 9 scènes s’emboîtant limpidement.

Harmonie Park a tout de l’épopée jazzy propre à transcender une house de puriste. Ce n’est pas une surprise de retrouver cette release sur l’excellent label Perlon, toujours à l’affut des créations électroniques pour esthètes. En flirtant ouvertement avec l’improvisation, Harmonie Park se révèle immédiatement captivant. Les instrumentations acoustiques se mêlent subtilement aux séquences électroniques.

Dès la Scène 1, on se laisse porter par cette alchimie parfaite entre le piano apaisant et le tempo de plus en plus ralenti et lancinant. Une fois rentrée dans l’univers du groupe, on est happé dans cette atmosphère répétitive mais jamais rébarbative. Petit à petit, le jazz s’efface pour laisser les machines parler. Les Scènes 3 et 4 n’hésitent pas à provoquer l’hypnose, le son se fait plus lourd, plus insidieux et lorsque une guitare fait son apparition lors de la Scène 5, on ferme les yeux de plaisir.

Wareika évite avec brio de tomber dans une house lounge sentant la naphtaline. Ici, tout est classe et intelligemment maîtrisé. Le beat répétitif n’hésite pas à s’entrecouper de fines respirations et lorsque arrive les 12 minutes portée par les cuivres de la Scène 7, le groove est alors imparable. On sent que Wareika est un groupe pétri d’influences diverses allant de Theo Parrish à Fela Kuti ou encore Steve Reich. La Scène 8 supprime ainsi le beat pour s’ouvrir à la création contemporaine et nous plonger en pleine jungle birmane avant un final free-jazz improbable.

 

Harmonie Park est un album d’une classe absolue démontrant que la fusion entre house, jazz et musique répétitive peut parfois aboutir au meilleur. Wareika est un groupe à suivre de très près.

 

http://static.boomkat.com/images/349684/333.jpg

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires