Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 11:54

Sortie : avril 2010

Label : Kompakt

Genre : Post-rock

Note : 6

 

Issu de la rencontre en 2009 de Sam Willis de Allez-Allez et de Alessio Natalizia de Banjo Or Freakout, le groupe Walls n'a pas attendu bien longtemps pour sortir un premier album. Les deux Anglais dans un genre de post-rock totalement psychédélique entrent, comme The Field, dans la volonté de développer la fusion rock et électronique du label allemand Kompakt. Pas si illogique pour des fans de Neu!.

 

Ce disque homonyme est en effet une bonne symbiose entre un rock instrumental planant et de l'ambient tendance électrique. Tout au long des huit plages, la guitare de Natalizia vient doucement se poser au milieu des synthés et des samples de Willis pour former des créations spacieuses et hypnotiques. Sur Hang Four, la basse vient vous bercer, la guitare vous caresser les tympans tandis que quelques sonorités plus agressives tentent sans succès d'apporter une touche d'énergie. Dans le genre extatique, Cyclopean Remains se pose aussi là. Sur un ronronnement lancinant apparaissent des chœurs endormis soigneusement travaillés par Michael Mayer aux manettes. Des voix fantomatiques qui reviennent régulièrement hanter l'album, renforçant les nappes omniprésentes pour créer une douce sensation de flottement.

Mais Walls peut aussi prendre un ton bien plus obscur. C'est le cas sur A Virus Waits, sorte de noise inquiétant qui contamine peu à peu chacun des instruments. Un morceau toutefois un peu isolé. Autre tentative, le titre house minimal Gaberdine dans un esprit 4/4 cher à Kompakt et un chant qui va bien pour ce passage presque dansant... mais un peu facile. Le disque s'achève avec Austerlitz Wide Open habité par des voix pop qui font penser à du Animal Collective.

 

Avec ces 30 minutes de musique, les Anglais nous laissent entr'apercevoir de bonnes choses et quelques unes un peu moins intéressantes. En creusant le mélange rock et électronique exploré dans la première partie du disque, leur rencontre pourrait devenir vraiment intéressante.

 

http://media.kompakt.fm/01/assets/releases/fitted/kompaktcd82-walls.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Benoit - pop revue express 26/05/2010 13:37


belle révélation pour ma part, j'attends la suite avec impatience !