Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 10:40

Sortie : Mai 2012

Label : Dawn Records

Genre : Techno, électronica, expérimental

Note : 8/10

 

Album casse-gueule car ouvertement autocentré et dont la démarche nombriliste aurait pu prendre des allures hautaines, Cosmogonie de vOPhoniQ réussit malicieusement à botter en touche en imposant sa dimension universelle.

En 2009, le lyonnais sortait un premier album, Human & Computer (disponible gratuitement sur la toile, ici), inégal car manquant de catalyseurs. Depuis, le mec semble avoir digéré la lenteur et la dolence. Dawn Records, petite entité lyonnaise promise à de beaux lendemains, a flairé en vOPhoniQ un potentiel indéniable et, 3 ans plus tard, sort Cosmogonie, LP d’une profondeur abyssale. Car Cosmogonie n’a pas pour optique première de revenir sur la formation de l’univers. Non, notre producteur a décidé de théoriser le genèse de son propre monde en le matérialisant auditivement. La résultante est un album se scindant en deux parties distinctes sur le papier mais indissociable entre les oreilles.

Puisque la cosmogonie de vOPhoniQ est une affaire personnelle, le repli sur soi qui accompagne la première partie de l’édifice permet de miser entièrement sur l’intériorité. L’apaisement trouve sa voix via une électronica éthérée, puisant dans un field-recording en sous-marin. Les expérimentations inaugurales deviennent des mélancoliques introspections où les nappes ambients ne viennent jamais prendre une tournure émotionnelle. Ici, tout est palpable et affaire de matières organiques. vOPhoniQ semble avoir parfaitement digéré 20 ans de musique électronique comme sur ce Human Tribute warpien et dissimulant un final mutin à l’aspect infini. Cosmogonie n’est pas une évidence, l’album ne répond à rien et donne plutôt dans la prolifération de questions. Pourtant, la sensation de bien-être est permanente, laissant les morceaux s’écouler lentement.

Il faut attendre le deuxième mouvement pour la décharge de beats. Débute alors une odyssée techno aussi renversante que psychanalytique. Désormais, les morceaux dureront 10 minutes afin d’imposer leurs auras. La puissance contenue d’Enter The Mystic Truth se révèle insidieuse en prenant son temps pour capturer l’auditeur, lui subtilisant lentement toute forme de pensée évasive. Tout en volutes trancey, le morceau déjoue le moindre plan. La fuite en avant d’Overdrive se transforme en décollage exponentiel où les tremblements sonores ignorent la moindre certitude. Ces tracks techno se révèlent être des puits sans fonds, propices à l’abandon. On en ressort non pas lessivé mais simplement lavé.

vOPhoniQ signe un singulier mais avant tout admirable album d’électronica-techno. Cosmogonie justifie son titre. En nous enfermant dans une bulle lumineuse, nous voilà promis à une échappatoire misant sur l’observation de notre propre entité. Une certaine candeur échappe de ces réflexions auditives et la réverbération offerte aboutit à une ablution salvatrice.

 

http://4.bp.blogspot.com/-72dQ6SSJMI4/T8ZHgH8kuMI/AAAAAAAABjU/Q0NmTRAMwMs/s1600/vophoniq-cosmogonie.jpg

 

par B2B

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

P.L 06/09/2012 15:12

N'existe qu'en démat' a priori ? :( Ca me fait chier la bite ça...

Poulain 16/07/2012 19:22

Je plussois

Laurent 12/07/2012 20:44

Cela peut sembler la moindre des choses, mais voilà un album à propos duquel parler d'ambiance ou de climat a encore un sens. Comme quoi cela vaut la peine d'éprouver quelque chose en faisant de la
musique, ah ah ah. Très beau disque, j'aurai mis 8 et demi, non, je n'aurais rien mis, c'est trop bête.

Poulain 06/07/2012 10:13

Bien au-delà du "chouette" je dirais..

Benk2000 05/07/2012 16:43

Très chouette album en effet.