Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 09:31

Sortie : Février 2012

Label : Prologue

Genre : Deep-techno, ambient

Note : 8,5/10

 

L’immersion totale a pour avantage de modifier votre perception. Réel et imaginaire s’entrelacent alors, modifiant en profondeur votre vision du monde. Parfois, un album peut réussir à vous faire atteindre cet état. De tels projets ne peuvent s’écouter qu’au casque et en mouvement. Si vous voulez vivre pleinement une telle expérience, enclenchez Voices From The Lake sur votre baladeur et sortez. Ne cherchez pas à définir un itinéraire, contentez-vous d’avancer. Vous voilà désormais enfermé dans un bulle, propulsé dans un tube. Le parcours hypnotique peut commencer.

Le duo italien, formé par Donato Dozzy et Neel, est passé expert dans l’art de produire une deep-techno omnisciente. Tout est une question de conditionnement. Il faut appréhender Voices From The Lake comme une œuvre totale. Inutile de chercher à isoler un morceau ou de vouloir stopper l’écoute à mi-parcours, cela serait une pure hérésie. Lorsque l’on décide d’effectuer la traversée, il faut accepter d’aller au bout du voyage, au risque de se retrouver définitivement perdu. Voices From The Lake a beau s’articuler en 11 titres, l’album fonctionne comme un mix et ne laisse jamais l’auditeur sans balises sonores.

Tout débute par de longues et langoureuses préliminaires. Pendant près de 20 minutes, aucun beat techno ne viendra vous cueillir à froid. Il est uniquement question de lents mouvements circulaires, de progression fatale. L’adjonction d’une fine couche de field-recording permet de saisir l’importance d’une nature apaisante. Alors que vous commencez à vous lover dans un enrobage en coton, l’arrivée d’une fine rythmique deep-techno s’immisce alors en vous. Le décollage se fait tout en douceur. Inutile de lutter, vous ne feriez que retarder votre chute. L’hypnose prend tout son sens et alors même que vous êtes proche de la transe, une respiration chamanique répétitive vient vous triturez les synapses avec volupté. Ce n’est qu’au bout d’une heure que vous pouvez enfin commencer à descendre, lentement, en toute sérénité. Le temps vient de s’effacer sans même que vous vous en soyez aperçu.

Voices Frome The Lake est une expérience sonore absolue. Rarement un album de deep-techno aura su marier avec autant de finesse un beat lointain et apaisant avec des nappes infinies et des sonorités insidieuses. L’album vous prend par la main pour ne jamais vous lâcher et vous malaxe tellement les neurones qu’à la fin, vous avez l’impression que l’on peut faire de la compote avec votre cerveau. L’expérience vaut à elle seule le détour. Fascinant.

 

http://www.residentadvisor.net/images/reviews/2012/prologue-cd001.jpg

 

par B2B

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

shadowbox 20/03/2012 18:14

Tourne en boucle, une pure merveille. Bravo!

madfab 20/03/2012 15:31

The Album de 2012 (en même temps, y'a encore le temps) : puissant dans la douceur ...il me met sous hypnose ce disque ...les types sont de véritables esthètes-orfèvres du son "musical" (avec un
sens du détail unique...faut vraiment être obsessionnel pour accoucher de telles ouevres)
La scène italienne est passionnante : Lucy, le label Silentes (plus dans l'ambient -indus) , la label Prologue ...bref "la classe italienne" ^^

Ceeed 14/03/2012 10:48

Cet album est une pure merveille de deep techno.
Pour une expérience optimale, une plongée dans les abîmes de ce lac, il faudra vous munir d'un bon casque et d'avoir l'album en format lossless.
C'est d'ailleurs la seule petite réserve que je porte à ce chef d'oeuvre : une écoute avec haut-parleurs ne fournit pas exactement la même sensation, on est moins plongé dans cet atmosphère
lancinante. Ca n'en n'est pas pour autant désagréable, mais le casque ouvre une toute autre dimension (c'est la première fois que je le constate à ce point).
Au final, pour moi cet opus mérite largement un 9.5/10.

Max 13/03/2012 18:31

Voilà un favori au titre de meilleur album pour 2012 !