Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 14:41

Sortie : juin 2011

Label : Honest Jon’s Records

Genre : Glitch, drone, free-jazz, experimental

Note : 8/10

 

Chroniques Electroniques ne s’était jamais penché sur les travaux pourtant fort nombreux de Vladislav Delay. Une injustice qui devait être réparée tant son œuvre, vaste et éclectique, a inspiré et inspire encore de nombreux compositeurs. Mr Delay est reconnu et apprécié pour son travail précis, patient et parfois microscopique sur le grain des textures sonores, ainsi que pour son sens si particulier du glitch, explicable peut-être par sa formation de batteur/percussionniste, qui lui permet d’atteindre des micro-rythmiques remarquables au sein même des séquences glitchées. Quoique résidant sur une île perdue en Finlande, son univers résolument urbain, option morne et désenchanté, fait toute la saveur de ses prods.

 

Multipliant les entités (le housy Luomo, les plus techno Sistol ou Uusitalo), avec sa femme musicienne connue sous le pseudo AGF, ou encore auprès de Moritz von Oswald dans son fameux trio, notre homme ne nous présente pas moins ici un nouveau format : le Vladislav Delay Quartet, qui accouche de ce premier LP justement intitulé Debut. Il est accompagné par deux musiciens, activistes peu connus, Derek Shirley et Lucio Capece ; mais c’est surtout la présence de Mika Vainio, fondateur du tutélaire Pan Sonic (également auteur d’un prolifique travail solo et de fructueuses collaborations avec, par exemple, Fennesz ou Charlemagne Palestine), qui rend cette formation intéressante, en la distinguant notamment du Moritz von Oswald Trio ou de ses travaux en solo.

Dès le premier morceau (ou sa réplique de mi-parcours, Hohtokivi), on sent toute l’envergure d’une rencontre entre Delay et Vainio : un traitement furieux et rythmé de fréquences saturées finalement proche du drone, la spécialité maison de Pan Sonic, creuse soigneusement les tympans, et rassure immédiatement… ouf, ce disque ne sera pas, à l’image des dernières productions solo de Delay, un glitch minimaliste dont l’intellectualisme menace chaque seconde de prendre le pas sur la musique. Non que cette galette soit funky, mais il se passe avec ce disque full-mental des choses audibles pour le commun des mortels – et ça c’est une bonne nouvelle !

Difficile de qualifier le style musical d’ensemble de ce VDQ. Le meilleur adjectif serait peut-être free : free-glitch, free-jazz, free-drone, free-electronica, free-field recording… l’abstractionnisme est ici brandi comme étendard et canon esthétique. Deux des morceaux de bravoure du VDQ (Santa Teresa, Killing the Water Bed) déploient, structuré autour de quelques notes lancinantes de contrebasse, un magma sonore désenchanté, où des visions aliénées de macadam détrempé par les pluies prennent le crâne de l’auditeur comme en un étau finement ciselé. Ce ne sont pas les drones mutants de Des Abends ou Salt Flat qui chasseront les nuages opaques du dessus de la ville-monde décrite ici. Et que dire de ce magnifique Louhos, où des consonances indus embrasent un free-jazz glitché, ou un glitch jazzy on ne sait plus, dont les samples de saxophone liquide mixés à un travail de fréquences sur des larsens laissent pantois de courage musical, de maîtrise et d’inventivité.

 

Cette approche musicale en quartet de Vladislav Delay confère un souffle nouveau à ses recherches esthétiques. Aussi riche et travaillé, mais ô combien plus percutant que ses dernières réalisations, espérons que ce Debut du VDQ inaugure une nouvelle phase du travail de notre prolifique finlandais, une perspective inédite sur le traitement du glitch. Morne, oui, mais fabuleux !

 

http://www.hhv-mag.com/files/tmp/310_310_1942-VladislavDelayQuartetVladislavDelayQuartet-www.hhv-mag.com.jpg

par Pingouin Anonyme

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Damien 28/07/2011 15:45


Rei Harakami est mort d'une hemorragie cerebrale aujourd'hui. Vous pourrez ecrire un truc sur lui si vous avez le temps? Je vois qu'ici qu'on puisse ecrire un article digne du gars... Je sais pas
je suis pas bien, c'est lui (et d'autres aussi, mais il est dedans) qui m'ont donne envie de venir vivre au Japon. Pardon si ca n'a rien a voir avec Vladislav Delay.