Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 16:47

Sortie : 22 février 2010
Label : Pias

Genre : Electro-pop, électronica, post-rock

Note : 6/10


Le Parisien Benoît de Villeneuve est longtemps resté un homme de l'ombre, se focalisant sur la production et le songwriting que ce soit pour le meilleur avec Agoria et M83 ou pour le pire avec l'autre quiche d'Anaïs. On pardonnera le bonhomme en se disant qu'il faut bien manger. Quoi qu'il en soit, ses différents travaux annexes ont permis de définir progressivement son pedigree musical. Villeneuve aime la pop stellaire et mélancolique, l'électronica rêveuse et les envolées post-rock.

Dry Marks Of Memory n'est pas son premier essai, First Date étant sorti discrètement en 2005. Villeneuve étale son travail minutieux tout au long des 10 plages marquant ce nouvel essai. Impossible de reprocher au bonhomme son travail exemplaire à la production, on sent qu'il a religieusement travaillé le moindre son. Dry Marks Of Memory est un album autant personnel qu'ouvert mais majoritairement traversé par une forte influence pop, qu'elle soit baléarique avec le morceau éponyme ou bien lorgnant du côté de Mazzy Star sur The Sun (dont le timbre de voix de Nili semble être calqué sur celui de Cat Power). On touche là une des faiblesses de l'album : les voix. Malgré un timbre posé, jamais Villeneuve n'ose laisser ses morceaux prendre seul leur envol. C'est regrettable à l'écoute du potentiel post-rock de Death Race, unique morceau instrumental de l'album. Une chose reste indéniable, le fait d'avoir travaillé au côté de M83 l'a fortement influencé. Patterns et Day One ressemblent à des faces B du groupe avec leurs explosions sonores de shoegaze électronique. Malheureusement, ces deux morceaux souffrent d'un manque d'énergie juvénile et semblent bien trop propre sur eux.

Dry Marks Of Memory conforte la bonne santé de la pop électronique française entre un Koudlam chamanique et un Arnaud Fleurent-Didier volontier plus bourgeois. Malgré un ensemble trop lisse et trop frileux, ce nouvel album de Villeneuve reste un disque mélancolique attachant.


http://i36.photobucket.com/albums/e39/benobit/villeneuve%20new/Villeneuve_front.jpg

par B2B

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Benjamin F 03/03/2010 11:19


J'ai vraiment pas accroché, c'est très lisse et ça manque de grandes chansons. Pas au niveau des soties du moment ou d'un M83.


Chroniques électroniques 03/03/2010 11:51


C'est sur qu'on est loin du niveau de M83. Mais pour une fois qu'un artiste français sort un album de pop électronique, je tenais au moins à souligner l'effort salutaire. L'album reste quand même
agréable à l'écoute mais il s'évapore très vite aussi.