Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 18:28

Sortie : 2010-2011

Label : Stroboscopic Artefacts

Genre : Techno

Note : 8,5/10

 

S’il y a un jeune label techno à surveiller de très près cette année, c’est bien Stroboscopic Artefacts, fondé par l’Italien Luca Mortellaro, plus connu son son pseudo Lucy, dont l’excellent premier LP Wordplay For Working Bees fut chroniqué ici au début de l’année. Pour faire connaître ses artistes, Luca Mortellaro a lancé en 2010 l’idée d’une série d’EP de quatre titres intitulée Monad, dont il signe lui-même le dixième opus qui sort ces jours-ci. Retour sur ce décalogue musical d’un label qui n’a pas fini de faire parler de lui.

 

Stroboscopic Artefacts (SA) est de ces labels qui ont compris l’impératif de sortir la tête haute de la situation d’engorgement où stagne la techno minimale actuellement – la tête haute, c’est-à-dire sans tomber dans le piège du revival paresseux ou  ou du cross-over stérile. Minimale, la techno de SA l’est pourtant, au sens noble du terme : disons "épurée", soignée des mélodies de synthés bloqués dans les 80’s, des bleeps et des blops, des nappes kitsch, des vocaux soul pénibles et des gimmicks de sales gosses. Mesdames, messieurs, place au beat, d’où la techno n’aurait jamais dû tant s’écarter au risque de sa propre perte. Le son SA, et a fortiori celui de la série Monad, est un hommage au beatmaking, un travail de stylisation du souffle des basses exhalées par les kicks, de sound-design de leurs textures, et de l’auto-engendrement des rythmiques à partir d’elles-mêmes.

On pense plus d’une fois à Dettmann à l’écoute de ces Monads, ou plutôt… les EP les plus classiques s’engagent sur cette voie d’une techno puissante et aride qui vous prend par les tripes et les neurones, et qui semble une incitation par soi à la polytoxicomanie et à la danse autiste (citons les travaux de Chevel, Pfirter, Markus Suckut). D’autres artistes empruntent une voie plus tribale et/ou indus pour des morceaux encore plus spartiates et sombres, mais à l’efficacité redoublée (Donor, Perc dont l’excellent LP est chroniqué ici, ou Dadub). Mais surtout, il y a Lucy, son compagnon Xhin (dont le track Mutate est l’un des meilleurs, sinon le meilleur de la série) ainsi que les excellents Go Hiyama et Aoki Takamasa, qui allient kick dévastateur et fréquences de basses aliénantes, en y ajoutant une maîtrise non-négligeable du glitch parfaitement appliquée à la pure techno. C’est alors une nouvelle dimension de cette techno que nous laisse entrevoir le son global de SA, comme si le pan le plus sombre d’Ostgut Ton s’émancipait enfin de la linéarité teutonne qui caractérise aussi et non sans quelques dommages leurs productions. Avec la série Monad, cette linéarité vole en éclat pour laisser s’installer en lieu et place une dimension de vice palpable, une noirceur suffocante qui, loin de provoquer le rejet de l’auditeur, l’entraîne au contraire corps et âme en direction d’un nouveau style de dancefloor, peuplé de cyborgs hagards et de créatures à l’identité indéfinissable.

 

Nul besoin de lire dans le marc de café pour prédire de grandes choses pour le label Stroboscopic Artefacts. Cette série Monad, avec ses quarante morceaux dont seuls deux ou trois peuvent être jugés dispensables, se pose comme un acteur nouveau et déjà majeur d’une scène techno laissée le plus souvent à l’opportunisme, enfonçant en toute quiétude 95% de la concurrence en ce domaine. Seuls les meilleurs peuvent prétendre rivaliser encore en 2011. Le matos de SA étant de surcroît  en écoute gratuite sur les plateformes courantes (Soundcloud, Bandcamp, on vous laisse farfouiller), inutile de dire que le rater serait une erreur fondamentale, et une occasion manquée de découvrir l'avenir...

 

 

http://1.bp.blogspot.com/-RZea0O8GwJU/Tk6U2rbqv2I/AAAAAAAACE8/h6P1fZ-lp7E/s320/RP342982_Label_SAM010__1200px_.jpg

par Pingouin Anonyme

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Spektr 09/01/2012 13:14

Cette série d'EPs est assez incroyable, d'une grande homogénéité en plus. Je suis étonné qu'ils passent un peu inaperçus au vue de la qualité de ceux-ci. Stroboscopic est effectivement un label
très prometteur je suis impatient d'entendre les prochaines sorties ! Merci pour la découverte, je suis devenu accro à Lucy et Xhin depuis :P