Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 13:13

Sortie : 31 janvier 2011

Label : Kompakt

Genre : Ambient

Note : 7/10

 

Attendues chaque année, les compilations Pop Ambient permettent de passer l’hiver en douceur, de se lover dans des nappes infinies, de s’anesthésier l’esprit dans un monde éthéré. Depuis plus de 10 ans, Wolfgang Voigt et la maison Kompakt sortent ainsi la compil' d’ambient parfaite. La conclusion est toujours la même : sélection irréprochable pour une ambient immersive et porteuse d’images. Seulement voilà, 2011 annonce un léger changement. Non, non, ne flippez pas, il n’est aucunement question d’une remise en cause de la qualité générale de cette version, Pop Ambient 2011 est exempt de défauts. C’est seulement toute une idée évanescente de l’ambient qui prend la tangente pour s’orienter vers une lecture plus sombre de la musique.

Tout débute par un diamant noire avec Bernsteinzimmer d’ANBB, aka Alva Noto et Blixa Bargeld (voix d’Einstürzende Neubauten). Le trip cinématographique est porté par des cordes flirtant avec l’angoisse, avant un sublime final s’appuyant sur la voix de Blixa. Le ton est donné, le voyage se tiendra sous un ciel menaçant. Pourtant, par tâches sporadiques, Pop Ambient trouve parfois la lumière comme sur Beginner’s Waltz de Bhutan Tiger Rescue (duo formé par October et Ewan Pearson) dont les trois notes lancinantes accompagnent une errance expiatoire.

Mais le fil conducteur ne se brise pas pour autant. L’ensemble demeure grave notamment par le biais du dark ambient incantatoire de 30.6.1981 de Crato. Pop Ambient s’écoute les yeux fermés, dans un oubli total, pour mieux prévenir l’immersion. Une fois en place, la magie noire opère. Alors même si la référence bvdub livre ici un morceau en mode mineur, on reste impressionné par la maîtrise des ténors, Wolfgang Voigt, Jürgen Paape et Triola en tête.

Le final revient logiquement au maître du genre, Thomas Fehlmann, avec une relecture magistrale du Titan de Gustav Mahler, interprété avec le Montreal Symphony Orchestra. Ces 9 minutes live clôturent cette sélection de la plus impressionnante des manières en stoppant définitivement le temps.

La nouvelle fournée de Kompakt est encore une fois irréprochable. Rien n’est à jeter dans cette sélection introspective des plus déchirante. 2011 se dirige vers la grisaille et Pop Ambient 2011 en sera le sombre guide.

 

http://cdn.pitchfork.com/media/Pop-Ambient.jpg

par B2B

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires