Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 22:14

 

Sortie : 13 septembre 2011

Label : Tympanik Audio

Genre : Ambient, Dark Electronica

Note : 8,5/10

 

Maciej Paszkiewicz est originaire de Pologne. Plus connu sous le nom d'Undermathic, il cumule les talents de batteur, pianiste et guitariste, et apparaît comme l'un des projets les plus singuliers de la maison Tympanik. En deux ans l'homme a sorti deux superbes albums, Return To Childhood (ici) et 10:10PM (ici), interrogeant sans cesse l'équilibre entre pulvérisation rythmique et sensibilité éclatante. Ce troisième opus a ceci de particulier qu'il regroupe ce qui a précédé ces albums, 13 titres que Undermathic a composé entre 1999 et 2006, qui ne devaient jamais voir le jour, et qui finalement forment Deleted (1999-2006). L'inverse aurait été hautement regrettable.

 

Lorsque nous lui avons demandé un titre pour notre compil' When Light's Drillin' The Haze (ici), Maciej a accepté en précisant qu'il ne créait pas d'IDM/indus, et que d'ailleurs il n'aimait pas ça. Aussi sa musique se prête très mal aux catégorisations. Si Return.. et 10:10PM développaient des aspects parfois abruptes et écorchés, on réalise que ses premiers travaux sont emprunt de douceur, d'une poésie ténue, filée de sentiments vaporeux. La stratification complexe des couches instrumentales, propre au musicien, vous aspire dans des continuum mélodiques dont on ne voit la fin. Souvent downtempo, le travail du rythme jouit d'une exécution millimétrée, d'une production impeccable. La densité des flux, la sensation de beat gazéifié et l'atterrante beauté de ces mélodies changeantes assiègent et maîtrisent l'auditeur. La sophistication et cette fougue à peine contenue peuvent évoquer les oeuvres de Ginormous. Telle une sorte d'électronica concrète et hors du temps, la musique que composait Undermathic dans les années 00's procure des perceptions à la fois chaotiques, planantes et extatiques. Les lacérations métalliques crissent à ne plus en finir, les cordes s'égrènent, inaccessibles, et, telles des lucioles, les synthtones volettent et font briller l'espace. S'il était sorti aujourd'hui ou il y a quinze ans, cet album aurait très probablement eu les mêmes effets. L'utilisation mesurée de matériel analogique est du meilleur goût et  il émerge à l'occasion des tonalités propres à l'électronique des 90's (le génial I'm Waiting). 

Mais avant la volupté, Deleted s'ouvre sur la rumeur autiste des bruits d'une usine, Mechanical Steering ou un va-et-vient oppressant soulevé par l'inquiétant reflux des nappes. Pour ma part, l'album ne démarre vraiment que deux titres après, à partir de Popmusic. Là tout s'enchaine, et quand vient l'ardente apogée de l'album, on est happé à un point hallucinant. Tel un Big City Nights épuré, ralenti et céleste, Parallel est un morceau qui va au-delà du sublime. Alors que les drums semblent galoper sur du velours, un prisme distille des gouttes lumineuses, tachant un voile d'ambient noir de nostalgie... Puis les perles se succèdent, sans temps mort. Drugi Breg, Film, Moyen Age, l'incroyable Sagarmatha et Far From You éclaboussent l'album de leurs divins antagonismes. 

 

Il est fascinant de découvrir le passif d'un musicien. Lorsque celui-ci s'avère aussi hors du commun, on en vient à se demander pourquoi ces pépites dormaient en solitaire depuis une dizaine d'années sur un disque dur polonais. On peut maintenant exprimer toute notre gratitude envers Undermathic pour les avoir réalisées, à Paul Nielsen pour sortir ce splendide album en donation libre (ICI). 

 

 

1913342506-1
par Manolito

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

daYmo 28/09/2011 18:04


Manon,

très belle chronique en revanche j'aimerai simplement signaler que ce n'est pas en téléchargement gratuit mais en participation libre (et j'ajouterai mais nécessaire) ;)

bless up


Chroniques électroniques 28/09/2011 23:01



En effet, je corrige de ce pas ce vile raccourci. (merci!)