Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 16:21

Sortie : octobre 2010

Label : Tympanik Audio

Genre : Ambient, Heavy Electronics

Note : 7,5/10

 

Nous avions déjà parlé du Polonais Undermathic (pseudonyme plus aisément prononçable que son véritable nom, Maciej Paszkiewicz) à l'occasion de la sortie de son premier album, l'excellent Return To Childhood (ici). Tout juste un an plus tard, le multi-instrumentiste remet le couvert, toujours sur Tympanik Audio.

 

Rarement le label de Chicago n'avait autant fait de tels efforts de production. Tant et tellement qu'il est inutile de cataloguer cet album dans une des quelconques et vulgaires sous appellations innombrables que comportent les musiques électroniques. Électronique ? 10:10 PM l'est bien évidemment. On retrouve cette infection du beat, les profondes synth-lines et la légère frénésie rythmique qui avaient fait le succès de l'album précédent et qui demeurent l'apanage de la plupart des excellentes sorties du label.

Seulement voilà, 10:10 PM est un album de musiques électroniques qui jouit des grandes compétences de compositions et d'orchestrations d'un véritable musicien. Épique et cinématographique, 10:10 PM plante le décor d'une errance nocturne commençant à 10h10 du soir un 10 octobre 2010, dans les méandres des artères d'une mégalopole occidentale. Les rencontres et les visions, fortuites ou non, engendrent des sentiments oscillants entre beauté, peur et mélancolie subtile. Une oeuvre cohérente en somme, dont le concept premier ne rend jamais l'écoute rébarbative. Le souci du détail, les lumineuses orchestrations et le romantisme avéré de l'oeuvre laissent imaginer d'incalculables heures de travail et de composition. 10:10 PM n'est pas un album, c'est une fresque, presque un péplum moderne et urbain.

S'il faut de très nombreuses écoutes pour saisir toute l'ampleur de l'oeuvre, je pense pour ma part que cet album ne sera apprécié à sa juste valeur que dans quelques années. Nombreux seront ceux qui l'auront acquis récemment et qui le ressortiront bien plus tard en s'exclamant : "Putain, c'est une bombe. Je l'ai écouté plein de fois et c'est seulement aujourd'hui que je l'entends pour la première fois." C'est un peu cette époque que décrivent les zones traversées ici par le Polonais. Ce perpétuel anonymat des grandes villes où tout n'est que consommation, où on écoute un disque deux ou trois fois avant de le laisser se maculer de poussière jusqu'à la mort. Une époque où les choses qu'on possède finissent par nous posséder. L'espoir est pourtant là, incarnée dans les textures salvatrices et cristallines de 7 Years ou du somptueux final Sea.

Le pianiste mélancolique polonais a eu l'intelligence de ne doter aucun morceau d'une puissance trop importante, justement pour ne jamais avoir à se contenter que d'un seul. Même si Big City Nights (non ce n'est pas une reprise de Scorpions), Saiph, 10:10 Pm et I Remember ont ma préférence, tout comme les magnifiques titres de fin déjà cités plus haut, l'oeuvre est une nouvelle fois à envisager dans son ensemble. Le shuffle, c'est le MAL.

 

Undermathic et Tympanik signent ici une oeuvre majeure et adulte qui comblera ceux qui laissent le temps à la musique de se révéler. Hautement recommandé.

 

http://proc.com.ua/uploads/posts/2010-10/1287740435_00-undermathic-1.jpg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires