Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 12:37

Sortie : mars 2010
Label : Dead Broke Records


A ne pas confondre avec divers groupes de pop psyché du même nom, ce Uhoh verse dans le hip-hop, et plus précisément du côté instrumental de la force. Jimmy Halton, de Canton Ohio, travaille ainsi le beat depuis quelques années et... difficile d’en savoir beaucoup plus. En mars, le bougre a tout de même produit pas moins de quatre disques, tous disponibles gratuitement sur sa page Bandcamp. Rain est le premier de ces opus, qui suit la réalisation de plusieurs mixtapes.

Sans être brillants d’originalité, les beats de Uhoh possèdent une redoutable efficacité, et trahissent une solide maîtrise. Les influences du jazz sont très fortes, allant de la présence quasi constante du piano et des cuivres, aux phases mélodiques un brin désuètes qui fleurent bon le vieux cuir des piano-bars. S’il n’est jamais rappé, le hip-hop de Uhoh se mêle souvent de samples de chant soul, qui accentuent encore une atmosphère doucement surannée. Constitué de 17 morceaux, Rain ne souffre pourtant pas de linéarité. Les titres se suivent de façon agréablement variée et c’est surtout la force des beats, la fermeté des boucles de batterie qui captivent l’oreille, déjà conquise par la musicalité des instrus. On alterne entre mélancolie au goût de soul des 7O’s (Heaven Is Only), beats secs et engagés à la Cunninlynguists (Avenged) ou ballade downtempo désanchantée (Chilled Out). Ce disque où la pluie est à l’évidence à l’honneur (Drizzlin Rain, Acid Rain) pose donc une ambiance généralement calme et souvent un peu chagrine. Si l’ensemble est de qualité honnête, Nerver In This World, Learned Lesson, Avenged et Drizzlin Rain s'imposent comme d’excellents tracks. 

Rain est en somme un très bon disque, qui se bonifie de façon étonnante avec les écoutes, la première ne laissant présager qu’un son gentiment plaisant. Et comme le plaisir n’a parfois pas de prix, il suffit de cliquer ici pour regarder passer l’ondée, les oreilles grandes ouvertes.  

par Manolito

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires