Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 19:06

Sortie : juin 2010

Label : Petite Unique Records

 

Udosson, soit le "fils de Udo" est un compositeur allemand, originaire d'un petit village de la Saxe. Ce géant de deux mètres oeuvre dans l'électronica, l'ambient, et dévoile des penchants pour les soundscapes minimalistes. C'est avec de bons mois de retard que l'on se penche sur son premier long format Kurz Unter Land, sorti sur le label de Leipzig Petite Unique.

 

"Juste en dessous de la terre", annonce le titre. Si les pulsations mattes et légères qui peuplent l'album peuvent évoquer les battements d'un pouls, palpitant sous la croûte terrestre, la langueur des nappes, les amples orchestrations et la gracilité de l'ensemble font davantage penser à un monde aérien, dédaignant les lois de l'attraction. L'utilisation presque symphonique des cordes et du piano accordent à la musique d'Udosson une dimension puissamment vivante, organique, et une certaine emphase dans les sentiments évoqués. Les harmonies électroniques n'en sont pas pour autant reléguées au second plan. Les beats, parfois même infimes, semblent ciselés avec une infinie délicatesse, et leurs vaporeuses écorchures guident et maintiennent l'auditeur au travers de cette mer de coton. On semble tant avoir affaire à de petits insectes à la mécanique divinement complexe que l'aspect technique de Kurz Unter Land souffre difficilement de critiques. Cependant, il est dur de le considérer comme irréprochable. Les huit pistes, d'une durée moyenne de sept minutes, s'enchaînent sans remous et sans accrocs, et si la qualité demeure, aucun éclair d'exception ne jaillit. On arguera même quelques longueurs. Dans les réussites s'affirment tout de même le progressif et très beau Airport, aux accents de modern classical, Kurz Unter Land ou l'ambigu et poignant Walwanderer de fermeture.

 

Même s'il n'est pas exempt d'imperfections, Kurz Unter Land est sans conteste un bel objet. Udosson façonne avec beaucoup de classe les contours d'une électronica limpide, baignée d'ambient et de touches de house cotonneuse (Brasïg). Si l'imprégnation totale demande une certaine assiduité, l'album n'a cependant rien d'inaccessible, et les fans du genre devraient s'en trouver ravis.


par Manolito

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

WeirdLittleMan 20/12/2010 23:02


C'est un superbe album, que j'ai écouté en contemplant des paysages enneigés et désertiques, et qui m'a littéralement envouté ! Gros coup de coeur !