Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 23:41

Sortie : septembre 2010

Label : Domino

Genre : private joke

Note : 2/10

 

Ceux qui ont connu l'âge d'or du défunt trip-hop connaissent forcément le caractériel Tricky, de son vrai nom Adrian Thaws. Tout d'abord membre de Massive Attack, puis en compagnie de Martina Topley Bird, il signe des disques indispensables comme Maxinquaye ou Pre-Millenium Tension. Avec Martina, il parviendra à créer une alchimie entre noirceur et sensualité. La belle et la bête ont enfanté de joyaux tels Overcome, Makes Me Wanna Die, Aftermath, Lyrics Of Fury ou Excess (BO de Queen Of The Damned). Après le départ de Martina, Tricky subira une longue période d'errance sentimentale et artistique, réalisant des albums inégaux d'où surgissent parfois des éclairs de génie ( Bury The Evidence sur Blowback). Sur Vulnerable et Knowle West Boy, ses derniers albums en date, se cherchant dans une vague veine rock teintée de blues douteux, il est ardu de trouver une quelconque qualité. On ne parlera même pas de ses tentatives dancehall avec le South Rakkas Crew... Mixed Race arrive donc alors qu'on attend plus grand chose de la part du rudie de Bristol.

 

On attend pas de Tricky qu'il ressuscite le trip-hop. Même les vaches sacrées du genre, Portishead (avec Third) et Massive Attack (depuis Protection) ont sagement définitivement lâché l'affaire. Ceux qui espèrent encore le retour de Martina feraient mieux de se couper une couille. Donc soyons clair, le meilleur de Tricky est bien derrière lui, même si ses prestations live ( allant du meilleur au plus que pire) sont encore parfois capables de transcender les plus sceptiques, Tricky étant en capacité de sublimer en live un morceau bien pourri à la base. On lui souhaite chance avec ceux de Mixed Race.

Enregistré à Paris (où Tricky vie désormais) en compagnie de Bobby Gillepsie (Primal Scream), Rachid Taha ou Terry Lynn, l'album de fainéant qu'est Mixed Race dure tout juste plus de trente minutes. A l'écoute du pas désagréable mais un peu simpliste Every Day d'ouverture, on se dit que le prince noir a peut-être enfin décidé de mieux choisir ses voix féminines. On a à peine le temps de s'en remettre que surgit l'horrible et funky Kingston Logic, carrément pompé sur ce que Daft Punk a enfanté de pire (Technologic), avec des relents jamaïcains qui ont le goût d'une chaude pisse qu'on ne trouve qu'à Tivoli's Garden. Arrivent par la suite les inspirés Early Bird et Ghetto Stars. Le premier cité jouit des atmosphères enfumées que Tricky sait si bien retranscrire. Il y a ce petit côté jazzy et cet art du contre temps qu'on retrouvait un peu à la grande époque. Tout comme sur Ghetto Stars (où on détecte une fois de plus le talent de son claviériste attitré), le flow lézardé et reptilien de Tricky n'a absolument rien perdu de sa superbe. L'espoir est alors permis. Mais déboule ensuite l'improbable Hakim, titre hip-hop arabisant avec Rachid Taha dont on ne sait quoi penser... Puis plus rien jusqu'au tubesque mais réchauffé Murder Weapon, le risible Time To Dance qui sonne presque comme un gimmick mal joké, l'anémique Really Real et le lourd dancehall putassier de Bristol To London.

 

Malgré les apparences, il m'est extrêmement désagréable de descendre un disque de Tricky. Il y a une époque pas si lointaine où je vouais pratiquement un culte à celui qui demeure malgré tout un artiste passionnant et unique. Rarement un artiste n'a su si bien transposer sa folie au coeur de son son (peut-être Lee Perry à l'époque du Black Ark Studio). Parce qu'en moi subsiste encore des maigres vestiges d'optimisme, je rêve que Tricky disparaisse pendant cinq ans, et lâche enfin un album digne de ce nom qui remettra les pendules à l'heure, car son potentiel énorme lui, n'a jamais disparu.

 

http://myrebirth.fr/files/mixed-race.jpg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Lionel 03/01/2011 19:17


Suivant Tricky depuis plus de 10 ans maintenant, je m'étais (un peu) désintéressé de cet artiste depuis quelques temps. Ne suivant plus son actualité, je suis tombé au hasard d'une playlist sur
"Ghetto stars" et d'emblée je me suis retrouvé au milieu des années 1990 à l'époque glorieuse de l'association de Tricky avec Martina Topley Bird (dont je salue le récent album solo au passage).
J'ai été franchement emballé, exalté, transporté par l'association de Tricky et de la chanteuse Frankey Riley. Une alchimie réelle règne entre le chant et le flow de Tricky sur ce morceau, de ces
alchimies qui provoquent des frissons le long de la colonne vertébrale.

Je me suis donc rué sur l'album et là... je suis tombé de haut. Mis à part Early Bird et Come to me, on oscille entre repompage (UK Jamaican est un scandale) et réchauffé. Dommage.

Cela dit, rien que pour "Ghetto Stars", je suis ravi d'avoir fait le détour.


Ian 27/10/2010 20:36


Critique étrange : On sent le fan de Tricky qui attendait beaucoup de ce nouvel album mais qui passe à côté de la moitié des chansons au profit du moins bon, des titres un peu faciles. Il faut se
positionner par rapport à l'artiste et non à ses attentes personnelles. Au final, est-ce un bon album ? Est-ce que la démarche de faire un brassage de genre musicaux fait son effet ? Oui ou non
pourquoi ? Une critique, ce n'est pas le parti pris d'être gentil avec l'artiste ou au contraire de lui taper sur les doigts, c'est une mise en perspective avec ses travaux précédents.


Monk 22/10/2010 14:11


article très étranges, entre éloges sublimes et cassages sévères on a un peu le cul entres deux chaises... je trouve pour ma part que tricky revient enfin après 15 ans avec un album à la hauteur de
maxinquaye et continue malgrès tout a faire vivre un certaine idée du trip-hop, style au tempo lent, libre par sa capacité à mixé les genres, les sons, et les instruments et qui a la particularité
de n'être definis que par le ressentis qu'on en a. Avec le très neuf et vif kingston logic, le psyché ghetto stars et des tracks au relent blues comme really real ou come to me tricky réalise un
bon album ou il retrouve enfin une identité et d'ou il ressort enfin une LOGIC !! J'adhère.
P.S : d'accord que Hakim sort un peu du lot ( trop chelou ).
P.S de P.S : je l'ai vu à l'hotel de ville et au 104, deux super concert.


some 01/10/2010 07:30


quand on fait une chronique dans le but de descendre un disque on essaye de ne pas faire de grossiere erreurs..
non monsieur les bobos,ce n'est pas Martina topley Bird qui chante sur Excess,cherchez mieux

a plus


Chroniques électroniques 01/10/2010 14:24



Une question demeure. Pourquoi bobos ?



l'Astre 28/09/2010 16:59


Je vais vous dire ce que j'en pense : à mon humble avis (rassurez vous ca va bien finir), il devrais prendre contact le plus rapidement possible avec le gars de Third Eye Foundation, pour voir ce
que ca donne ; pour vous dire a quel point combien une telle association pourrais donner un truc très bon. Si vous le voyez...

http://www.youtube.com/watch?v=Bd9BUcTEiTw


+

l'Astre, pour le conseil éclairé du jour_