Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 12:11

Sortie : juillet 2010

Label : Tympanik

Genre : Industriel, IDM

Note : 7/10

 

Voici le quatrième album studio de Frank Mokros, ici affublé du sémillant pseudonyme Totakeke. C'est le toujours passionnant label Tympanik qui lui avait déjà mis le pied à l'étrier en 2008, en publiant son album Forgotten On The Other Side Of The Tracks, idéal complément de son premier album eLekatota. Certains spectateurs attentifs de la scène noise et breakcore américaine le connaissaient déjà sous son avatar Synth-Etik.

 

En dix morceaux dépourvus de titres, Totakeke réalise ici la performance de faire cohabiter synthétiseurs aux ambitions symphoniques, glitchy beats en perpétuelle collision, atmosphères caverneuses et breakcore assagi. Même si les trajectoires empruntées sont parfois un peu prévisibles, le New-yorkais reprend le marteau et l'enclume pour toiser la foudre et le feu. La rencontre des éléments débouche sur une explosion rythmique en myriade, aspirant dans un souffle rauque les résidus de poussière organique. Le beat se racle la gorge comme un fumeur invétéré pour éructer de crachats brumeux aux contours industriels. Visions spatiales apocalyptiques, sentiers venteux ou les spectres sont à l'affût, Totakeke nous entraîne vers des contrées où il fait bon vivre sans perdre la maîtrise de son art. Si la barre est déjà haut placée sur le premier titre faisant office de tour de force aux allures de pierre massive et angulaire, le sillon du météorite qu'est cet album ne connaîtra le répit que sur la dernière plage, où un piano enfante d'une lueur d'espoir. Tout au long de l'opus, les mélodies tortueuses semblent infectées par un hôte en gestation doté de sombres desseins. C'est pourtant sans forceps que cette naissance explose littéralement à la gueule de l'auditeur médusé, déjà dépendant.

 

Même si On The First Of November a des vertus moins immédiates que les récentes sorties de chez Tympanik, il n'en demeure pas moins un album de haut rang qui prendra toute son ampleur après de nombreuses écoutes. Sans porter ombrage à son auteur, on le qualifiera par chez nous d'idéale mise en bouche avant la sortie imminente du nouvel album d'Access To Arasaka.

 

http://tympanikaudio.com/wp/wp-content/plugins/wp-shopping-cart/product_images/OTFON-cover-500x500.jpg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires