Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 17:28

Sortie : février 2010
Label : Carpak
Genre : Electro-pop

Note : 3

Album du mois (avec le Four Tet) pour le très hype magazine américain XLR8R, Causers Of This a une histoire assez étrange. Né en 2001, Toro Y Moi - side project d'un groupe de punk - ne sort aujourd'hui que son premier album. L'homme qui se cache derrière ce pseudo, Chaz Bundick, s'est installé en Caroline du Sud pour fuir l'agitation de New York, il n'a que 23 ans et aime autant Animal Collective, Jay Dilla, Daft Punk et Sonic Youth.

L'entrée dans ce Causers Of This n'est pas évidente. Son auteur commence par quelques titres vaguement pop noyés dans des nappes. Le côté original n'arrive pour l'instant pas à en dépasser le goût douteux. Mais avec Lissoms puis surtout Fax Shadow, Toro Y Moi découvre une nouvelle facette avec une sorte d'électronica expérimentale nettement plus réussie. Les collages et les hésitations de tempo font même penser (un peu) aux albums de Jay Dilla.
L'artiste va ensuite naviguer entre ces différentes eaux plus ou moins troubles avec un résultat toujours inégal. Cela donne des morceaux étranges : l'instrumental inspiré de Freak Love qui rappelle des beats de Flying Lotus doit par exemple cohabiter avec une voix fantomatique et légère. Parfois, il se fait aussi expérimental et psychédélique qu'Animal Collective, la reverb et les claviers moelleux liant l'ensemble du disque. Pour la référence à Daft Punk, il y a les peu convaincants Talamak et Low Shoulder qui rappellent les tentatives les plus pop des deux Français (Too Long sur Discovery notamment), voire même aux débuts de Phoenix.

L'écoute de ce disque démontre un certain potentiel chez Chaz Bundick, mais il le gâche dans des morceaux pop 80's mâtinés d'une couche pas très digeste de french touch 1.0. Si seulement il avait décidé de ne pas chanter, il y aurait eu plus de choses à sauver.

http://cdn.pitchfork.com/media/toro.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires