Présentation

  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...

Radio

Retrouvez des extraits des disques chroniqués :

 

 

Recherche

Catégories

Mercredi 31 mars 3 31 /03 /Mars 21:11

Sortie : 29 mars 2010

Label : Kompakt

Genre : B.O. ambient, dub

Note : 8/10

 

Gute Luft n’est pas à proprement parler un nouvel album de Thomas Fehlmann. En effet, le but ici est de proposer une illustration sonore du documentaire 24h Berlin, gigantesque projet ayant pour finalité de dévoiler la vie de Berlinois 24h durant, diffusé sur Arte il y a déjà quelques mois.

La BO de ce remarquable travail fut confiée à l’inestimable Thomas Felhmann (The Ord, 3MB et j’en passe) passé maître dans les recherches électroniques, auteur de remixs inspirés et créateur d’une ambient toujours renouvelée. Étrangement, Gute Luft ne sort qu'aujourd'hui, comme si finalement, Thomas Fehlmann et la maison Kompakt avaient pris conscience d’une identité propre à cet album.

 

Gute Luft est un remarquable essai ambient et dub-techno permettant de mettre en lumière le fantastique travail opéré par Thomas Fehlmann. Il ne s’est pas contenté d’aligner des plages atmosphériques sans âme mais a préféré prendre le pouls de la capitale allemande. Il en ressort un traitement du son très particulier, donnant l’impression qu’un courant d’air permanent s’infiltre entre la musique et vos oreilles. On s’imagine facilement en train de déambuler l’hiver dans les couloirs du métro de Friedrichstr. ou alors dans les ruelles de Prenzlauer. Thomas retranscrit à la perfection l’immensité berlinoise, une immensité faite d’architectures audacieuses et de grands vides. L’ambient de Gute Luft est donc profondément urbaine et la dub-techno caresse vos oreilles. Il est moins question de mélodie que d’atmosphère, ce qui n’en fait pas un album facile d’accès. Aucun titre ne s'en dégage, l’ensemble forme un tout solidement soudé et ancré dans le béton local.

Il y a quelque chose du domaine de l’impalpable dans la musique de Thomas Fehlmann, comme si ce dernier voulait nous faire prendre conscience que Berlin est une ville échappant à la stigmatisation, une ville se renouvelant sans cesse. Berliner Luftikus se révèle être représentatif de cette idée avec son beat lointain s’apparentant à une pulsation cardiaque et ses sonorités fantomatiques qui vous glissent entre les mains.

 

Avec Gute Luft, Thomas Felhmann signe une remarquable BO prenant davantage l’apparence d’un album solo. Gute Luft se révèle en douceur après plusieurs écoutes car Thomas nous livre une vision de Berlin éminemment personnelle mais d’une profonde justesse. Comment cerner une ville en permanente mutation si ce n’est pas le biais d’une musique éthérée au pouvoir imperceptiblement attractif ?

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/61kfAiXJatL._SL500_AA300_.jpg

par B2B

Publié dans : disque - Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés