Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 21:11

Sortie : 29 mars 2010

Label : Kompakt

Genre : B.O. ambient, dub

Note : 8/10

 

Gute Luft n’est pas à proprement parler un nouvel album de Thomas Fehlmann. En effet, le but ici est de proposer une illustration sonore du documentaire 24h Berlin, gigantesque projet ayant pour finalité de dévoiler la vie de Berlinois 24h durant, diffusé sur Arte il y a déjà quelques mois.

La BO de ce remarquable travail fut confiée à l’inestimable Thomas Felhmann (The Ord, 3MB et j’en passe) passé maître dans les recherches électroniques, auteur de remixs inspirés et créateur d’une ambient toujours renouvelée. Étrangement, Gute Luft ne sort qu'aujourd'hui, comme si finalement, Thomas Fehlmann et la maison Kompakt avaient pris conscience d’une identité propre à cet album.

 

Gute Luft est un remarquable essai ambient et dub-techno permettant de mettre en lumière le fantastique travail opéré par Thomas Fehlmann. Il ne s’est pas contenté d’aligner des plages atmosphériques sans âme mais a préféré prendre le pouls de la capitale allemande. Il en ressort un traitement du son très particulier, donnant l’impression qu’un courant d’air permanent s’infiltre entre la musique et vos oreilles. On s’imagine facilement en train de déambuler l’hiver dans les couloirs du métro de Friedrichstr. ou alors dans les ruelles de Prenzlauer. Thomas retranscrit à la perfection l’immensité berlinoise, une immensité faite d’architectures audacieuses et de grands vides. L’ambient de Gute Luft est donc profondément urbaine et la dub-techno caresse vos oreilles. Il est moins question de mélodie que d’atmosphère, ce qui n’en fait pas un album facile d’accès. Aucun titre ne s'en dégage, l’ensemble forme un tout solidement soudé et ancré dans le béton local.

Il y a quelque chose du domaine de l’impalpable dans la musique de Thomas Fehlmann, comme si ce dernier voulait nous faire prendre conscience que Berlin est une ville échappant à la stigmatisation, une ville se renouvelant sans cesse. Berliner Luftikus se révèle être représentatif de cette idée avec son beat lointain s’apparentant à une pulsation cardiaque et ses sonorités fantomatiques qui vous glissent entre les mains.

 

Avec Gute Luft, Thomas Felhmann signe une remarquable BO prenant davantage l’apparence d’un album solo. Gute Luft se révèle en douceur après plusieurs écoutes car Thomas nous livre une vision de Berlin éminemment personnelle mais d’une profonde justesse. Comment cerner une ville en permanente mutation si ce n’est pas le biais d’une musique éthérée au pouvoir imperceptiblement attractif ?

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/61kfAiXJatL._SL500_AA300_.jpg

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Tati 09/04/2010 12:04


quelqu'un m'a dit que le balai de Raph et les lunettes de Ed venaient de chez Colette...


Astro 08/04/2010 19:51


Dans la mesure ou tu les trouves chez colette (comme un nombre impressionnant de vos disques chroniqués, au passage (oui c'est une demande d'explication (que je n'aurais pas et/ou qui ne me
satisfera pas de toute les façons, vous pouvez vous abstenir de me répondre, donc : j'ai déjà ma réponse en plus;)) - cette horreur dédié à la vulgarité… et à la vulgarité - on peut dire que c'est
"hype", que vous le vouliez ou non et que vous le croyiez ou pas. Et la est tout le problème. Il n'est plus question d'aimer, mais d'avoir du gout et d'être original ; mais ce n'est pas parce qu'on
a du gout qu'on a du talent et Paganini est plus original que Bach… Il faut se faire violence et être sans pitié : ce que trop de cons aiment ne peut pas être bon : POUBELLE. Alors bien sur il faut
avoir un radar a con ! Dans le cas contraire, il faut se résoudre à considérer ses contemporains comme des ânes bâtés indigne d'une paire de gifles ! Je suis également d'accord pour dire qu'on peut
- dans une certaine mesure - les comparer et qu'il y a une forte appartenance commune entre ces trois personnage que nous ne renommerons pas !

Pour modérer (j'suis le seul a pouvoir me modérer, sachez le!) mon premier com (trop déchiré pour être raisonnable ; mais il m'a quand meme mis par terre papy !), disons qu'il rentre dans mon top
500 plutôt.

Le Martin bluttrich c'est de la merde (j'innove !)

Le time warp t'as du bien te faire plaisir !!

Le rain c'est pas mal

Le superflu c'est toujours de la merde, YyrkoOn est toujours un tocard de 12 ans !, et je sais tres bien comment on écrit zouave...



Nusbo !


http://www.youtube.com/watch?v=G7uQnkWDgGo&feature=related

Near The Parenthesis - Music For The Forest Concourse

subtractiveLAD - Life at the End of the World

Aural Float - Freefloat


+

Astro


Chroniques électroniques 08/04/2010 20:03



Colette : j'ai du y passer 3 fois dans ma vie. Et je pense même que mes collègues n'y ont jamais foutu les pieds.


Je n'ai aucune explication pour justifier cette coincidence.


B2B.



Benoit - Pop revue express 07/04/2010 23:31


Quand je dis "Hype", évidemment tout est relatif, simplement, des tas de blogs ont évoqué (voire encensé) ces deux albums (moi le premier !)Après dire que c'est incomparable, faut peut-etre pas
exagérer... Sans être spécialiste, on peut quand même trouver des similitudes entre les 3 albums, dans un genre "minimal techno" où chacun s'exprime certes différemment mais tout en étant à la base
dans un style globalement assez proche.


Benoit - Pop revue express 07/04/2010 16:40


superbe album, carrément un des tous meilleurs dans le genre. moins hype que Pantha du prince ou Four tet mais royalement aussi bon, voire meilleur !


Chroniques électroniques 07/04/2010 21:15



En même temps, il me paraît impossible de comparer cet album à celui de Four Tet ou Pantha Du Prince. Nous sommes vraiment dans un domaine plus exigeant, plus hermétique.


Par contre, dire que Pantha Du Prince et Four Tet c'est hype, je ne vois pas. Je pense surtout que la presse vient enfin de se rendre que ces 2 mecs sont des tueurs avec ces récents albums
beaucoup plus ouverts et accessibles.


Il n'en demeure pas moins que niveau tech-house, la tuerie actuelle est l'album de Martin Buttrich qui pour le coup risque malheureusement de passer inaperçu.



Astro 01/04/2010 20:57


direct dans mon top 10 ever STOP album de l'année, pour l'instant STOP il va être très dur a détrôner STOP très treeeeeees dur STOP c'est ça qu'il a passé au showcase d'ailleurs putain le con STOP
c''est une tuerie d'un autre monde STOP quelle maitrise des éléments STOP c'est posé, calme, silencieux, souterrain STOP QUELLE TUERIEEEEEEEEESTOPAHHHHHHJSUISJAJOUX !

+

Astro