Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 13:15

Sortie : avril 2010
Label : Ad Noiseam

Genre : Breakcore, Drum'n'bass, Dubstep, Hardcore

Note : 7/10

 

On peut se demander quel genre de type est Mike Hayward dans la vraie vie. Car sur disque, le mancunien éructe une colère à faire pâlir une meute de rottweilers. The Teknoist est un DJ et producteur orienté hard electronics. Gabber, hardcore, drum’n’bass, l’homme affectionne ce qui tape dur et fait mal. Ad Noiseam avait publié son premier album en 2008, …Like A Hurricane Made Of Zombies. La maison berlinoise remet donc le couvert avec un Trainwreck Magnetism dans lequel The Teknoist fait la part belle aux relectures et collaborations.

 

La moitié de ce farouche brûlot est faite de remixs que le Britannique prodigue à des personnages tels que Mu-Ziq, Hecq & ExillionKing Cannibal et d’autres. S’ajoutent ses compositions personnelles et des morceaux écris avec Homeboy et MacheeN Boi. Si une veine hargneuse court le long de la majorité des productions, le rendu s’avère diversifié, truffé de sursauts et de trous d’air, et immoralement trépidant. The Teknoist dresse des paysages fracturés de part en part, dans lesquels la boue et la cendre, se mêlant à une lie métallique, maculent de leurs éclaboussures un décor déjà anarchique. Drum'n'bass ardente, breakcore atteint de frénésie compulsive, tout devient prétexte à l'ultra-violence. Tant qu'il faut bien choisir son heure et son état pour s'engager dans Trainwreck Magnetism, sous peine de finir harassé et trop violemment maltraité. Quoiqu'il en soit l'écoute d'une traite est fatale.

L'ouverture sur l'incroyable relecture du Siege Of Antioch de Mu-Ziq plonge dans une béatitude un poil doloriste. Rien que les noms que Mike Hayward attribue à ses remixs valent le détour. Ici The Teknoist's I've Got 2 I's In My Name Remix lacère et torpille l'oeuvre originale de Mike Paradinas, dont les nappes aériennes semblent l'unique résidu. La cavalcade mélodique est irrésistible. Le rythme s'emballe méchamment sur Dead Unicorn, qui pourrait presque évoquer du Niveau Zero (les réminiscences métal sans doute). Quant au The Teknoist's Dreilide Thrace Redux du Sphere's Of Fury de Hecq & Exillion, il impose à l'original, déjà puissant, un traitement au breakcore sur-dosé. The Teknoist a cependant la clairvoyance d'instaurer de courts cessez-le-feu, des pistes étonnamment calmes qui permettent une seconde de répit salutaire. C'est le cas du joli Tears And Fruits Cocktail, aux basses amples et pulsées et aux sonorités acides. Tout ceci n'est bien sûr que du bluff et on peut être sûr que le carnage reprendra de plus belle l'instant d'après. Le vicieusement mélodique et terrifiant Prototype For A Ninja Necromaniak achèvera de couper court à nos illusions. Néanmoins je me trouve plus réservée lorsque notre homme passe du côté carrément meurtrier de la force, et qu'il part dans du speedcore ou d'autres systèmes de tabassage unilatéral. Son remix de Drumcorps m'a ainsi plus effrayée qu'autre chose. Si, pour d'autres raisons (l'incongruité des chants ragga) sa version de Aragami Style de King Cannibal ne m'a point convaincue, son Kitsunegari au breakbeat savant, s'avère aussi riche que subtilement assassin.

 

Difficile de ne pas être un brin mitigée, face à un opus si radical et quelque peu irrégulier. Difficile aussi de ne pas reconnaître le talent du Teknoist, son absence de compromis et l'excellence de certains des titres. Le mieux reste de juger par soi-même, à condition cependant d'être familier à ce genre de violence et, dans tous les cas, de se cramponner à ses tripes.

 

TheTeknoist TrainwreckMagnetism 2

par Manolito

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires