Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 15:54

Sortie : mai 2010

Label : Indus Recordings

Genre : Abstract hip hop

Note : 4

 

Avec un nom comme The Opus, vous ne marquez pas forcément les esprits. En effet, quand j'ai découvert leur dernier album, je n'avais aucune idée d'à qui j'avais affaire.... Après deux trois recherches, j'ai retrouvé leur trace au sein même de mon propre iTunes. Leur absence sur disque depuis 2004 ne m'ayant, il faut dire, pas beaucoup aidé. Les deux producteurs américains, Kevin Johnson (Mr. Echoes) and Aaron Smith (The Isle of Weight), avaient pourtant signé au début des années 2000 quelques bons EP et deux albums, dont un Breathing Lessons de qualité (vous pouvez retrouver tout ça et des titres en téléchargement gratuit sur leur site Bandcamp), qui les avaient placé sur la carte du rap instrumental à une époque à laquelle cette contrée n'était pas encore trop étendue. Les revoilà donc dans un style un peu plus soul, moins expérimental, et avec quelques voix invitées. Praying Mantis - Plus est en réalité la version longue d'un maxi qui faisait déjà huit titres, sorti un mois plus tôt presque sous le même nom.

 

Après avoir planté une ambiance tranquille et soignée avec Eon, The Opus invite la chanteuse Billi D. au micro et John Boda aux manettes pour un remix d'In The Oak. Le disque débute en douceur, un peu trop d'ailleurs. Il faut persévérer pour bien entrer dans leur univers et découvrir son intérêt. Avec Praying Mantis, l'auditeur entre dans le vif du sujet. Une batterie bien carrée et divers samples qui viennent se croiser pour poser un décor aventureux et foisonnant. Les couches se superposent assez simplement délaissant les constructions complexes pour privilégier l'hypnotisme de plages faisant chalouper la tête pour entrer dans une transe sous influence. La recette semble un peu datée mais fonctionne pas trop mal. MC Adad signe la première courte apparition rappée qui vient relever l'instru assez linéaire de Street Talk.

Et alors que l'attention se relâche un peu, le duo de producteurs se lance dans le long Serpent's Fruit qui capte à nouveau l'attention avec son intro mystique. Le tempo augmente et les orgues envahissent les enceintes pour faire monter la pression pour un des moments les plus inspirés. Dans un ton plus électronique Wishbone apporte un peu de diversité, même si l'évolution est toujours aussi limitée. Le disque tourne un peu en rond avec un nouveau remix d'In The Oak qui n'apporte pas grand chose de plus que le premier. Le rappeur Lord 360 nous sort un temps de l'ennui qui s'installe... durablement.

 

Malgré quelques bons passages, cet album sent un peu les fonds de tiroir et n'est pas à la hauteur de ce à quoi les deux américains nous avaient habitué par le passé. Son écoute donnera toutefois peut-être l'idée à certains de se replonger dans leur discographie.

 

http://bandcamp.com/files/19/55/19557599-1.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Benjamin F 23/06/2010 14:18


Ah oui écouté rapidement et complètement anachronique. J'aurai presque pu croire à une réédition :)