Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 15:44
Sortie : 8 mars 2010
Label : Cooperative Music

Karin et Olof Dreijer sont frère et soeur. Depuis leur Suède natale, ils fondent The Knife en 1999. Ils connaissent réellement un succès critique et populaire après la sortie de leur troisième album, Silent Shout. En 2009, Karin s'offre une petite virée solitaire et rencontre le succès qu'on connaît avec le projet Fever Ray (chroniqué ici). Ce nouveau disque n'est pas à proprememnt parler un véritable disque de The Knife, mais plus réellement un concept album avec de nombreux collaborateurs. L'objectif est de réaliser un opéra autour de la vie de Charles Darwin, et plus particulièrement de son ouvrage L'Origine des espèces. Pour cela, ils se sont adjoints les services des chanteurs Mt. Sims ou Planningtorock, du collectif danois Hotel Pro Forma et de la chanteuse lyrique mezzo-soprano Kristina Wahlin. Peu avant la sortie du disque, il était temps que nous nous positionnions.

Olof s'est sévèrement pris la tête pour fonder les bases de ce projet ambitieux et très casse gueule. Il a probablement fouillé un peu partout pour trouver le lot de field recordings et de sonorités environnementales qui allaient planter ce décor plus que théâtral.
Tomorrow, In a Year n'est pas seulement un opéra lyrique grâce à la divine apparition de Kristina Wahlin. On peut parler d'un véritable opéra expérimental, très ambient, parfois à la limite du noise.
Certes ces triturations digitales, électriques et informatiques laisseront dubitatifs les amateurs jusqu'au boutiste de démarches ambient abstraites, comme les récents travaux de Svarte Greiner ou de Xela. Ceux-là ne verront l'aspect révolutionnaire que dans l'aspect lyrique pur. J'en fais secrètement partie.
Les inconditionnels de The Knife risque eux, d'être pris au dépourvu. Certes, le second volet de l'album ne les surprendra pas. Les très beaux hymnes que sont Seeds et Colouring of Pigeons bénéficient d'une droite filiation avec les travaux antérieurs. Le groupe a d'ailleurs offert la possibilité de télécharger librement le dernier cité. Mais voilà, nul doute que bien des fans vont crier au scandale, face à cette "preview" qui peut faire figure de vaseline avant la saillie.
Le premier disque est abouti mais peut paraître un peu froid et abstrait pour une écoute domestique. Et cela même si des perles telles que Geology, Variation of Birds et Schoal Warm Orchestra foutent la chair de poule. On a tout de même l'impression que certains titres ont été confectionnés dans l'urgence et l'improvisation peu maîtrisée.
Une représentation live dans une salle d'opéra devrait par contre s'élever comme une expérience d'écoute émotionnelle rare. Les Danois ont d'ailleurs eu la primeur de ce concert, dans une très belle salle de Copenhague. De quoi laisser pantois assurément.
Face à cette oeuvre se voulant conceptuelle et avant-gardiste, le deuxième disque semble un peu light malgré la présence de Colouring of Pigeons (point d'orgue du tout avec Variation of Birds) et Seeds, où tous les intervenants s'unissent pour ces deux sublimes fresques variées.
La version de Annie's Box de fermeture est-elle aussi à tomber par terre mais, on du mal à faire des liens avec le premier disque.
Peut-être faut-il les écouter dans des contextes bien différents ?

Cet "album" risque de diviser, c'est une certitude. On ne pourra néanmoins pas faire le reproche à The Knife de ne pas prendre de risques. Tomorrow, In a Year se révèlera peut-être une oeuvre magistrale dans 20 ans. Après cette expérience de studio et une tournée probablement éreintante à venir, The Knife parle déjà d'un retour en studio. Pour réconcilier tout le monde ? L'avenir nous le dira.
                                        
                                    http://theknife.net/images/tomorrowinayear_press2_NEW1.jpg 
par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires