Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 18:50
Sortie : février 2010
Label : Jahtari


Nous avions déjà évoqué les travaux de Jackson Bailey lors de la sortie de son premier EP, le sympathique Hissing Threaticals (chroniqué ici). Dans un genre à la fois casse-gueule et assez mal considéré, le dub digital, Tapes avait joué la carte de la subtilité, et Hissing Threaticals avait pas mal fait parlé de lui. Toujours hébergé chez les experts en la matière, Jahtari, le bonhomme sort aujourd'hui Compuriddims, une cassette (!) limitée à 100 exemplaires et déjà sold out. Aussi anachronique qu'elle puisse paraître, cette démarche peut être justifiée par son travail autour des sonorités radiophoniques, par son attrait pour les premier bidouilleurs électroniques comme ceux du BBC Radiophonic Workshop, ou encore par l'espèce de tradition qui règne chez Jahtari.

Sur la face A s'inscrivent les 8 titres du Compuriddims EP (disponibles gratuitement ici) et sur la face B, Tapes propose une "Dub FX library", un catalogue de sons et d'effets mis à disposition, au petit bonheur des sampleurs. Musicalement parlant, Tapes répond honorablement aux espoirs qu'il avait suscité. Ses manipulations procurent un grain unique à sa musique, joliment feutré et disons-le, assez authentique. Le dub de Tapes a quelque chose de langoureux, les lignes de synthés évoluent paresseusement, étoffées par un panel de reverbs et d'overdubs consistants. Par ailleurs, on ne trouve plus sur Compuriddims, de tentative de dancehall bleepé - soupir de soulagement. Les vagues d'échos sur le nébuleux Helix Dub ne sont pas sans suggérer de verts nuages de fumées, tandis que sur Fatty Bass Bum, Tapes s'autorise un petit riddim 8-bit, qui passe pour cette fois. Mais surtout on redécouvre l'invincible Ticker Tape, soit du pur velours.

Tapes nous gratifie donc d'une galette, pardon cassette, plaisante. Rien de tout cela ne marquera son époque, très certainement, cela risque même d'être vite oublié, mais la singularité de la production et l'intégrité du projet méritent que l'on s'y arrête. A réserver aux fervents amateurs de dubwise.

                                  
par Manolito

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires