Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 19:07

Sortie : septembre 2011

Label : Hibernate

Genre : Experimental, Drone, Guitar, Abstract, Post-Rock

Note : 8/10

 

Le britannique Ben Chatwin est un guitariste de grand talent. Il a composé en tant que Talvihorros un album (Some Ambulance) sorti sur le regretté Benbecula, sur Rural Colours (division charmante de Hibernate). Son Music In Four Movements de 2010, déjà paru chez Hibernate, avait attiré les éloges et déterminé un changement de cap dans sa manière de composer. Avant la sortie cette année d'un opus live, nous nous devions de revenir sur son Descent Into Delta.

 

C'est incroyable ce qu'on peut faire avec des guitares et des pédales d'effets. Il y a bien sur également quelques agréments que l'oreille avertie reconnaîtra. 

Descent Into Delta est une oeuvre magnifique, qui peut faire penser aux premiers albums d' A Silver Mount Zion, avec certes une démarche expérimentale bien plus poussée. C'est aussi un album qui a le don d'affoler un amplificateur et les schémas classiques des courbes et de l'analyse spectrale. Chargé d'effets, d'échos et parfois même de dissonances, il est cousu d'ondes pénétrantes dévoilant des paysages sonores en clair-obscur. Idéal pour se croire allongé aux abords d'une baie déserte et sauvage, pour contempler la lumière perforer la brume, et finalement dévoiler un étrange ballet d'oiseaux migrateurs.

Il est rare qu'une musique avec autant de facettes que d'influences (en terme de genres) déploie un aussi large spectre émotionnel.

Descent Into Delta est un hommage aux cordes (électriques ou acoustiques). Celles auxquelles on se raccroche plus qu'on ne se pend. Même parmi les vagues graves imposantes et écorchées, la pureté revigorante de la guitare vient se parer de textures définitivement naturelles. Doté d'un mix intelligent et aéré, l'album brille de par ses trajectoires ambivalentes, où l'auditeur naviguera entre contemplation béate et inquiétude vivace. Si Beta et Alpha ont mon abstraite préférence, l'intervention de la viole de Anais Lalange sur Delta apportera volupté et humanité à cette musique potentiellement abrupte.

 

Descent into Delta est un album dense et profond. Encore une fois plus que recommandé à un auditoire ouvert. L'album laisse augurer du meilleur en ce qui concerne le dimension live. Hibernate est définitivement un des labels que je vais le plus surveiller cette année. Il reste d'ailleurs une petite quantité de versions physiques disponibles auprès du label. A bon entendeur, salut.

 

http://f0.bcbits.com/z/26/32/263206830-1.jpg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires