Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 22:54

Sortie : décembre 2011

Label : Union Recordings

Genre : Drum & Bass, Hardcore

Note : 8/10

 

Il faut bien avouer que la drum & bass est un genre qui trouve bien trop rarement sa place dans nos lignes. Parce les productions actuelles ne sont pas souvent à la hauteur, et parce que pour les aigris arrogants que nous sommes, cette musique à souvent la réputation d'être la compagne idéale des amateurs de tuning sur les parkings de supermarchés et des nostalgiques du mulet de Tony Vairelles. Ce genre a pourtant connu son apogée à l'époque de l'émergence des free parties de Londres et de Bristol. Depuis les années 2000, l'Angleterre a abandonné le combat pour un autre encore plus vain : le dubstep. C'est au Benelux ou en Europe de l'Est, avec des mecs comme Noisia et l'américain expatrié Enduser, que la D&B a enfanté ses produits les plus originaux à partir des années 2000.

Dominik Piechoki (Switch Technique) et Bada sont polonais et tentent de raviver le flambeau et créent le label Union Recordings en 2010. Dj Hidden et son comparse Eye D de The Outside Agency les fréquentent régulièrement, aussi bien sur scène que sur disques. Altered est le fruit de ces années de collaborations et de combat.

 

Que nos lecteurs ne se trompent pas. Il n'est pas ici question de compositions liquides d'esthètes comme celles de Sabre ou Alix Perez. Et même si ce cher Dj Hidden apparaît ici en featuring, ce n'est pas pour dépeindre les superbes tableaux mid-tempo chers aux fans d'Ad Noiseam. Switch Technique revient à l'essence même de cette musique en lui insufflant la dimension rave et dévastatrice de ses origines. Ce n'est pas pour autant que la production et la technique restent sur le bas côté. Ce double CD (ou triple LP) est sans aucun doute une référence du genre (même si ma connaissance de celui-ci connaît certaines limites). Urbaine et épileptique, agrémentée de samples vocaux libertaires, apocalyptiques et anxiogènes, la musique de Switch Technique est renversante de par sa maîtrise du tempo et des séquences. Même si les collaborations en première partie avec The Outside Agency ou Mindustries et Egro (Bone Grinder, The Moment et le plus calme Brain Mysteries de fermeture) sont d'excellentes factures, on leur préférera des titres plus variés et plus immédiats en solo, comme Kink ou The Storyteller.

Le premier disque est suffisamment éreintant pour paraître indigeste aux non initiés. Ils auraient pourtant bien tort de s'arrêter à mi-parcours, tant la suite de l'album est à tomber. Encore plus impressionnante, encore plus variée dans les textures des kicks. Même pour un expert comme moi, Vixen, Intelligence VIP ou Dark Visitor m'ont donné envie de faire du mal à mon prochain, de produire mon propre Loxapac, et de faire péter la préfecture. Je n'aborderais même pas ici l'exceptionnel The Edge Of Chaos, qui laisse des lacérations même sur l'IRM la plus harmonieuse.

 

On nous reproche de ne pas souvent mettre en avant des disques de Drum & Bass. C'est probablement parce qu'ils sont trop peu à avoir la force et la qualité de Altered. Les convaincus se doivent de suivre avec régularité les futures sorties de chez Union Recordings. Les autres peuvent retourner sautiller dans les caves fidèles à Pendulum.

 

altered.jpg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques
commenter cet article

commentaires

Barnabé 25/04/2012 18:46

Plutôt que de vous engueuler vous feriez mieux de vous vanter de ne pas écouter toute la merde que l'on arrive à produire aujourd'hui en France! Cette conversation me fait penser aux commentaires
sur Youtube du genre : "Ceci n'est pas de la dubstep gnagnagna", il faut oublier la notion de genre musical et apprécier un artiste ou un album tel qu'il est, sans chercher à le classifier. Je vais
passer pour un gamin au pays des bisounours mais hacun ses goûts, on aime ou on aime pas certaines productions mais il n'est pas nécessaire d'aller taquiner le voisin qui n'est pas du même avis!
Sinon à propos de rien c'est un très bon album, je ne vois que trois adjectifs pour le désigner : "apocalyptique", "épileptique" et donc "génial"!

Michel 16/02/2012 21:58

Très peu déçu par les albums grime/dubstep/D&B/ chroniqué ici et pas d'accord avec cette qualification d'"élitistes"

Après c'est pas bien de cataloguer une musique avec un public car ca dérange toujours certaines personnes.
Pour le coup la D&B je ne l'ai jamais connue avec le tuning.
Et concernant la coupe de cheveux de Tony je la trouve(ais) top et surtout bien assumée... Je crois surtout que t'es jaloux de sa coupe Ed et pas juste un "aigri arrogant".
Je tiens aussi à dire pour avoir fais ma recherche et corriger cette "injustice" que Tony il écoute de la variet.

Ton article m'a bien fait rire quand même.
Je vais écouter cet album.

nikki sonic 08/02/2012 16:56

@Fox : Heureux de constater qu'on partage une même vision du truc.
@l'Astre : je ne sais pas si tes injonctions et diatribes me sont adressées.Si tel est le cas, tu peux toujours essayer de vitupérer à destination de cette adresse mail : nsbentlse@orange.fr

Rabbit 03/02/2012 17:45

"Mais c'est mignon de voir que certains pensent que la frontière IDM/EDM a encore un sens aujourd'hui."

C'est plutôt toi qui prêtes à rire pour le coup, ça n'est certainement pas parce que de plus en plus de musiciens louvoient entre le clubbing et une électro plus "cérébrale" qu'il n'y a plus de
frontière possible entre le dancefloor et l'introspection, ou que celle-ci n'a plus de sens, encore heureux d'ailleurs car rares sont ceux capables de concilier les deux et de le faire à peu près
bien. D'ailleurs en ce qui me concerne réfuter cet aspect dansant fondamentalement démago de l'électro c'est déjà quasiment une condition sine qua non pour que je creuse l'album... et rien à voir
avec un quelconque snobisme, simple question de goût.

l'Astre 03/02/2012 15:27

...parce que tu connais surement (j'en doute pas une seconde cad) le dubstep et toute la merde made in UK actuelle, mais tu connais rien aux musiques électroniques, RIEN (j'en doute pas une seconde
cad); et le dubstep, dans les musiques électroniques, c même ps le trou du cul du trou du cul du monde, plus tôt tu percutes ça, mieux ça sera (ça n'arrivera jamais ms c pr terminer ma phrase
proprement sans me prendre les couilles).

ps : t'as mm pas idée de ce qu'est le "hardcore" et encore moins de ce que c'est que d'avoir des gouts élitiste ! Sans vouloir manquer de respect a personne ss raison, Chroniques électroniques
élitiste?! LOL



ps2 : par année le top 10 (c évident (et un minimum) quand on sait combien de skeud sont produit par an...), mais j'imagine qu'un lilian thuram de la bass music comme toi l'auras compris.

+