Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 14:29

Sortie : août 2011

Label : Dynamic Tension Records

Genre : Techno

Note : 7/10

 

Quoique passablement inconnu du grand public français, l’anglais Surgeon (de son vrai nom Anthony Child) n’en est pas moins un vétéran de la techno actif depuis 1995, discret durant les années 2000, mais avec de nombreux LP de qualité variable à son actif (dont deux sur le label Tresor), un mix Fabric remarqué, quoiqu’efficace à défaut d’être brillant, et bien entendu une longue série de maxis, de collaborations, de projets parallèles et de remixes de tous poils. Cet été paraît son nouvel LP sur son propre label Dynamic Tension Records, intitulé Breaking the Frame, qui nous livre une techno classique et sombre, proche par différents aspects du son de Detroit à la fin des 90’.

 

Autant le dire, nous n’attendions pourtant pas grand-chose de Surgeon. Ces LP avaient tous des qualités indéniables, mais systématiquement contrebalancés par des défauts de mauvais goût, des morceaux faibles enchaînés à d’autres compos plus attractives. Bref, notre avis a toujours été mitigé à propos des productions de notre homme, capable du meilleur comme du pire. Premier constat : ce nouvel LP a très peu de temps faibles. Tous les morceaux ont été travaillés avec soin, et même les traditionnels interludes ambient/drone inhérents à cet exercice ne font pas sombrer dans l’ennui (Dark Matter, We are all already here, Not-two).

Le reste du disque peut se diviser en deux. D’abord une partie de techno mid-tempo, comme sur ce Transparent Radiation, ou des rythmiques denses comme du plomb et des micro-glitches discrets font monter une tension honnête sur fond de samples de cornes de brume ; ou bien avec Remover of Darkness et ses déformations successives d’arpèges aux claviers. Ou encore Presence, et ses enchevêtrements de guitares classiques martelés par un beat indus et sous-tendus par une basse grondante.

Mais c’est surtout la seconde moitié qui réjouira les fans de techno un peu nostalgiques, car le Surgeon envoie y envoie de la Detroit-tech dans le texte, d’excellente facture, rappelant les heures de gloire du label Plus 8, ou le son M-Plant de Robert Hood. Le morceau The Power of Doubt lance une locomotive rythmique en pleine vitesse sur une nappe discrète de claviers ambient, tandis que Those who do not vous rapatrie illico dans les warehouses nord-américaines avec une radicalité qui n’est pas sans rappeler les premiers sons de l’ami Jeff Mills. Mais c’est Radiance, et son départ tech tout en retenue qui achève d’enfoncer le clou, en se développant comme un grand huit, tout fait de montées et descentes permanentes, et dont les seules lignes droites sont ici des plans hard-tech rugueux à faire péter des synapses de ravers.

 

Evidemment, ça ne se cache pas, Surgeon n’invente rien avec ce Breaking the Frame, c’est le moins que l’on puisse dire. Mais ce qu’il fait ici, il le fait bien, et son LP s’écoute avec un réel plaisir, surtout, cela va sans dire, si le son de la techno de Detroit a bercé votre jeunesse.

 

http://3.bp.blogspot.com/-sX2s5Mqrqms/TidKatDxCvI/AAAAAAAAAA0/sRsmc05y4dk/s400/Surgeon%252C+Breaking+the+frame.jpg

 

par Pingouin Anonyme

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires