Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 16:52

Sortie :décembre 2010

Label : Digital Pit

Genre : Abstract hip hop

Note : 7

 

Le glitch-hop n'a pas encore enterré l'abstract hip-hop... Si de nombreux artistes se ruent dans le sillon de Flying Lotus, d'autres continuent à labourer le champ d'un rap instrumental plus posé sans forcément tomber dans la facilité ou la redite. C'est le cas du Français Superpoze qui, plutôt que la tendance, travaille sur son premier album (en téléchargement gratuit ici) ses samples et ses rythmiques à la recherche d'une certaine harmonie.

 

Guitares, claviers, boucles de voix, le producteur différencie les sources pour créer des titres qui se déroulent sans heurt, évoluant minutieusement. Pour tenir dans la longueur, il varie les ambiances passant du blues de Lost Cosmonaut à une tonalité plus jazzy avec People In Coulours sur lequel les balais de la batterie portent en douceur la mélodie qui s'intensifie au fur et à mesure. Alors que l'on se fait à ses instrumentaux séducteurs, surgit Matthew MC pour un rap léger sur fond de contrebasse et de claquements énergiques. Le rappeur revient avec Ol'Days sur lequel sa voix feutrée passe parfois au hachoir pour être balancée par bribes dynamisant le clavier.

Superpoze creuse le sillon jazz avant de partir dans une voie plus entraînante sur le très bon Monkey Attack où la guitare nerveuse se mêle à un ensemble plus synthétique, donnant un air électronica au morceau. Le Français se permet alors d'introduire quelques scratchs inspirés qui relancent bien la machine. Il calme ensuite le jeu, pour des passages parfois un peu plus tendres. Il cède à une certaine langueur pas désagréable mais moins percutante. On se laisse tout de même prendre par cette alliance réussie de sonorités organiques, notamment avec The Jazz Club où le saxo croise un crooner d'un autre âge. Broke My Headphones repart dans l'électronique, avec des sonorités inquiétantes contrebalancées par le "clap your hands everybody" qui lui donne un air festif décalé.

 

Superpoze mène sa barque avec habileté, sans révolutionner le genre. La diversité bienvenue n'empêche pas un fil conducteur de se détacher pour maintenir l'attention jusqu'au bout. Les deux titres plus électroniques laissent toutefois entrevoir un autre visage, plus profond, qui donne envie d'en entendre plus...

 

http://bandcamp.com/files/18/03/180359357-1.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

digitalpit 28/12/2010 10:55


Merci pour cette chronique :)
N'hésitez pas à venir écouter et télécharger les autres artistes du netlabel.
C'est possible de mettre le lien vers le netlabel dans l'article ? Merci
http://www.digitalpit.net