Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 12:55

Sortie : novembre 2010

Label : Ad Noiseam

Genre : Ambient, Electronica jazzy et vocale

Note : 7,5/10

 

Kostas K est un compositeur, vidéaste et graphic designer grec. On dit qu'il s'est récemment installé à Londres. Il fut le co-fondateur du regretté label Spectraliquid. Après le sublime Approach, sorti chez Tympanik en 2008, Subheim sort ces jours-ci No Land Called Home sur Ad Noiseam.

 

Véritable écrin de volupté et de sensibilité, No Land Called Home est de ces albums adultes comme on en entend trop peu. On sait Subheim capable de sévir dans les beats plus rugueux et plus écorchés, certains titres de Approach l'avaient aisément démontré. Seulement voilà, Kostas connaît sur le bout des doigts les innombrables sorties du genre et a toujours su se démarquer de ses pairs. Organique à souhait, No Land Called Home replace l'humain au coeur des musiques électroniques. L'intégration de cordes et de crins, de barils de pétrole faisant office de batterie, donnent aussi aux textures acoustiques leur juste place. Lorgnant du côté du trip-hop et d'un ambient jazzy, cet opus se montre langoureux et introspectif. La sublime voix lyrique de Katja sautille du premier au second plan, là aussi les machines savent se placer en retrait. L'émotion et la dimension mélodique sont mises an avant, laissant la masturbation technique à d'autres ouailles. Le titre Between Fear And Love, plus sur l'intitulé que sur le contenu, illustre parfaitement l'ambivalence des sentiments explorés. Les labels sont habituellement frileux à sortir ce genre d'albums, car trop inétiquetable ou trop hors des courants. Saluons ici le flair et le courage d'Ad Noiseam. Qui pourrait résister à la beauté immaculée de Dusk, à la dimension hypnotique et gelée de Streets, à la tension délicate et palpable de When Times Relieves, aux orchestrations cinématographiques de Conspiracies et à l'approche arabisante de Dunes ? Seul le certes très joli The Veil, accompagné de la voix chaude et harmonieuse de Timothy N. Gregory, peine à s'intégrer dans cet album ô combien cohérent.

 

Beau comme un ballet de gothiques en dentelles faisant l'amour dans la neige, No Land Called Home est un album majeur qui donne une bouffée d'air frais aux musiques électroniques. Les travaux de Subheim, passés et à venir, sont plus que recommandés aux mélancoliques et aux âmes sensibles de tout poil. Qu'on se le dise.

 

http://www.israbox.com/uploads/posts/2010-11/1289477971_subheim-no-land-called-home-2010.jpg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

shift. 24/11/2010 14:39


Et ben merci encore Monsieur Loxapac. Je me doutais que tu allais pondre un truc qui allait me plaire. bibi