Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 21:47
Sortie : 22 février 2010
Label : Hymen Records

Les prolifiques frères Healy, Paul et John, forment Somatic Responses au milieu des années 1990. De leur Grande-Bretagne natale, ils sortiront de nombreux albums et d'incalculables formats courts sur des labels prestigieux tels que Ad Noiseam ou Component Records. Neon est leur sixième album signé chez les Allemands de Hymen Records. Leurs inconditionnels fans devront encore patienter quelques jours avant sa sortie.

Les deux frangins se sont pris les années 1990 et l'avènement des musiques électroniques en pleine gueule. Ils restent marqués par tous les courants de l'époque même s'ils tendent à s'inspirer d'influences plus récentes. Sur Neon, ils parviennent à créer un dubstep transgénique mâtiné de drum'n bass industrielle et urbaine. Le son est extrêmement trituré, avec une dominante très électrique. Sur les premiers morceaux de l'album, on pense aux plus que respectables travaux de DJ Hidden (dont le dernier album est chroniqué ici), avec cette dimension poisseuse et très urbaine.
Seulement voilà, Somatic Responses a probablement été fan du hardcore type Thunderdome qui pullulait dans les 90's. On retrouve quelques traces de ce goût discutable tout au long du disque, mais plus particulièrement sur Survive (live mix), flirtant même dangereusement avec le gabber et le hardstyle. Nos réguliers visiteurs belges et battaves apprécieront, probablement.
On est néanmoins plus réjouis lorsque les frères distillent des scratchs radio-actifs (Vulse) ou une drill'n bass jubilatoire presque comparable à un bukkake dans un transformateur électrique, comme sur les excellents Repeated Human Error, Drilldown, Wavetwister (schizo mix) ou l'exceptionnel Sick Puppy de clôture. on constatera également de temps à autres des orientations breakcore qui auraient mérité d'être plus nombreuses. Regret vite oublié.
Tout au long de l'opus, le beat éclate comme une myriade de bombes à fragmentation. Si on ajoute à cela les froissements métalliques et les constructions soniques en perpétuelle dislocation... autant dire que nos oreilles risquent la dévastation pure et simple. Les accalmies sont donc bien rares, pour ne pas dire inexistantes. Seul le synth pop futuriste d'ouverture Another Rainy Day peut être recommandé aux esgourdes sensibles.

Cet album résonne avant tout comme une pulsion primaire. Même si l'écoute se révèle physique et éreintante, on adhère facilement à ce marasme jubilatoire. Quoi qu'on en pense, les errances et les expériences électroniques des frères Healy en ont sous le capot. On ne serait pas étonné de les voir produire des albums même le cap de la cinquantaine passé. A réserver tout de même à un auditoire plus qu'averti.

http://www.hymen-records.com/all/hymen-y775-x3.jpg
par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires