Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 10:41

Sortie : 26 octobre 2009
Label : Diynamic Music

Genre : House

Note : 6/10

Hambourg, nouvel eldorado de la scène tech-house ? Au regard des dernières sorties et des labels dans le coup, on a fortement l'impression que la ville allemande est devenu une sorte d'épicentre dont les ondes sismiques propagent des basses dépassant de plus en plus les frontières. Avec Munich qui s'assoupit, Cologne qui déroule et Francfort qui se cherche, il ne restait plus qu'à Hambourg de s'imposer. Un des ses plus fidèles représentant, Solomun, y trace intelligemment son sillon. Mladen Solomun, d'origine bosniaque, créé d'abord son propre label avec ses deux potes, Stimming et Hosh. Naît ainsi Diynamic Music, petite entreprise lâchant régulièrement des maxis house-minimal. Il ne manquait plus que le passage au LP avec Dance Baby.

Pour un premier essai, Solomun opte pour l'autoroute binaire. Dance Baby est un album house classique fortement agréable mais qui ne confine pas au génie. Certes, on fait la fine bouche, car on y trouve allègrement son compte entre la house groovy et chicagoane de Country Song, la house mentale de Blackout et la tech-house aux nappes profondes et extasiées de Forever. En agençant son album comme une lente montée vers un son de plus en plus deep et trippant, Solomun démontre qu'il sait gérer une foule.
Mais il manque pourtant ce supplément nécessaire pour rendre cet album attachant. Les gimmicks se succèdent et se ressemblent et imposent des pistes tantôt prévisibles comme Hypnotize et tantôt répétitives comme Midnight Snack. Quand on veut trop bien faire, on finit par tomber dans les clichés du genre et Solomun met les deux pieds dans le plat.

Dance Baby est un album taillé pour les clubs étriqués et il y a fort à parier qu'il en fera suer plus d'un. Mais Solomun nous impose une vision bien trop codifiée de la house et n'arrive pas totalement à nous ensorceler. En tombant dans le piège de la house au kilomètre, cet album en oublie l'essentiel : posséder une âme. Il ne reste plus qu'à faire son marché parmis les 11 titres car quelques pépites méritent amplement le détour.

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires