Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 14:46

Sortie : février 2012 

Label : Xtraplex Records

Genre : IDM, Abstract, Beats

Note : 7,5/10

 

Sam Nielandt est jeune, flamand, étudiant en cinéma et beatmaker, sous le nom de Sluggart. Il se fait repérer par les mecs de la petite structure belge Xtraplex Records. Sort alors son premier et très court album, Languish, à l'artwork saisissant. 

 

Son avatar sonne comme une contraction de « art » et « paresseux », et le titre de son album invite à la langueur. Le ton est donné et le contenu ne dément pas cette conjecture, prodiguant les ingrédients d'un état engourdi et bienheureux. Languish est de ces albums ultra accessibles mais sur lesquels on peut s'extasier sans répit. A la croisée de l'IDM et d'une sorte de glitch-hop délicatement patiné, les beats de Sluggart évoluent entre délires légèrement futuristes, reflux de mélancolie et textures effervescentes.

On pense parfois à Nosaj Thing, néanmoins en plus glitché et plus « fuzzy » -  de traduction adaptée, il n'y a pas. L'homme fait usage de samples vocaux inintelligibles, qu'il incorpore avec mesure à une infinité d'éléments. Derrière ses allures contemporaines et déliées, Languish révèle des penchants pour l'IDM old school, les intros pénétrantes et les bribes de tensions alarmistes s'éveillant dans le creux d'une strate. Ainsi l'excellent Web Thinkers s'ouvre sur une plage d'ambient méditatif, puis les claquements s'enclenchent, se superposent, leurs résonances envahissant l'espace. Lorsqu'une basse grondante vient commotionner cette jolie progression, nul autre choix que de fermer les paupières, la nuque fébrile. Mais avec huit tracks pour une durée d'écoute de 21 minutes, on aurait bien repris du rab. Languish représente le genre de productions vers lesquelles on aurait bien vu Brainfeeder s'orienter. Trêve d'illusions, autant se satisfaire de la bulle éphémère qu'offre ce bref album et apprécier pour ce qu'elles sont ces petites pépites dépourvues de velléités révolutionnaires, à l'image du limpide Numbskull, du sombre et syncopé Greyfather, du très bon Dont Sleep et de When's My Nap.

 

Absorbant de bout en bout, Languish et son habile mélange de glitch et de beats liquides et puissants, est disponible en téléchargement libre ici, avec possibilité de donations. Un oeil très vigilant se devra d'être porté sur ce Sam 'Sluggart' Rielandt, et à ses compositions narcotiques et mousseuses. 

 

168053003-1

par Manolito

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

TechNono 03/04/2012 11:32

Très bonne surprise! Cet album passe vraiment bien. J'ai hâte de voir ce que çe donnera sur un format un peu plus long.

Seekle 01/04/2012 20:58

Bien sympa cet album. A voir aussi sur le même label l'album de Kingstux qui m'a bien plu.

YyrkoOn 31/03/2012 16:55

Un petit com' pour dire tout le bien que je pense de cette bande de flammands rencontrés sur soundcloud !