Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 21:42

Sortie : septembre 2011

Label : Glass Hair

Genre : IDM

Note : 8/10

 

Composé de Boreta de The Glitch Mob et de Comma, le groupe Slidecamp travaille ensemble depuis cinq ans et ne sort pourtant que son premier album. Grand bien leur en a pris au vu du résultat, une IDM organique et aérienne. Pour assembler ces huit titres, le duo a enregistré un peu partout entre Los Angeles et Washington, en extérieur, dans une voiture, sur un quatre pistes ou lors d'expérimentations au synthétiseur. En résulte ce splendide "document nomade".

 

Les paysages se dessinent de suite. Les espaces sont immenses. Les couleurs vives et le relief harmonieux. Le voyage promet de se dérouler en douceur. Les nappes rondes caressent les tympans et s'étendent à perte de vue. Elles baignent la verdure des champs parsemés de coquelicots qui prennent gentiment le vent. Les percussions offrent toutefois quelques lignes de rupture. Elles forment les nuages qui défilent en accéléré, d'étranges parasites dans le décor et l'animation entre les étapes. Les coups rauques tranchent dans le vif et contre-balancent la légèreté ambiante, malgré quelques passages plus sombres.

L'ensemble est homogène grâce à un travail subtil de spatialisation et une recherche d'une rare finesse sur les textures et les volumes. Tout est minutieusement assemblé autour d'une puissante basse pour former des pièces sans prétention ni artifice. L'humeur y est rêveuse, ouverte sur le monde, avec le recul nécessaire pour apprécier les belles choses dans leurs moindres détails. Chaque plage est un un nouvel émerveillement. La tonalité profondément organique donne ce sentiment de nature, même si des feulements synthétiques, signes de l'homme dans ces terres inhabitées, viennent rugir sur ces plaines quasi intactes. Soudain tout se fige. Les images formées dans notre esprit passent en noir et blanc puis s'atténuent peu à peu.

 

Le voyage s'achève mais nous restons en apesanteur. Le programme a semblé trop court, manquant d'autres destinations pour prolonger ce magnifique défilé de décors majestueux et apaisants. Magique.

 

http://www.alphapuprecords.com/art/669158523238-300x300.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Rabbit 02/10/2011 20:27


Bel album en effet, à première écoute ça me fait un peu l'effet d'un cousin chillwave de Boards Of Canada... dommage que ce soit si court.