Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

28 décembre 2010 2 28 /12 /décembre /2010 19:33

Sortie : septembre 2010

Label : Endemik Music

Genre : Rap instrumental

Note : 5

 

De son Michigan natal, Sign One a émigré vers la Floride. De son rôle de rappeur, le MC est passé derrière les machines et devenu producteur. Endemik Music a sorti son premier album à ce titre (téléchargeable gratuitement sur le site du label). 25 plages de durées et de natures très diverses qui forment un ensemble atypique dans un genre de bricolage sonore hétéroclite. Si un esprit rap plane au dessus de tout ça, c'est parfois très en altitude.

 

Samples de voix, bruits de portes, cet album est ponctué de virgules, de bidouillages qui révèlent la méthode de composition de son auteur. L'Américain ne se pose pas de questions et colle à la suite des blues, d'étranges interludes, des intrumentaux percutants et reprends même quelques fois le micro. Si certains auditeurs pourraient être déroutés par le bordel qui règne dans l'univers musical de Sign One, d'autres trouveront un désordre confortable et réjouissant. Le saxo hurlant de A Dry Martini, la lourde guitare saturée de Ice Pirates, air électronica sur Money For People To Save, il nous en fait entendre de tous les genres. Le lien entre toutes ces directions est souvent la batterie dont la puissante grosse caisse vous secoue agréablement les tympans.

Pour apporter encore d'autres touches, le garçon reprend le micro pour des rap intenses comme ce Sofar So Good plein de surprises dans sa construction. Sur I'll Never Be Famous, le ton se fait plus dur sur un fond rythmique minimaliste et brutal. Enfin pour boucler l'expérience, l'Américain ajoute quelques gouttes d'électronique, avec notamment ce S+P au goût de mystère. Aids, Baby! offre lui des vrombissements quasi dubstep...

 

Il y a donc à prendre et à laisser dans ce Clock Radio bien touffu, mais l'ensemble révèle une forte créativité qui ne laisse pas insensible. Sign One nous ouvre son grenier sonore, certains y trouveront des trésors, d'autres des toiles d'araignée.

 

http://endemikmusic.com/images/recordcovers/endigital001_front.png

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires