Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 00:51

Sortie : 15 juin 2010

Label : Friends Of Friends

 

Avant Shlomoshun Deluxe, Shlohmo avait tout de l’illustre inconnu. Sorti en janvier, son excellent premier album (chroniqué ici), qui mixait abstract hip-hop psyché et dubstep rêveur, avait propulsé Henry Laufer sur les devants de la blogosphère et de la scène beat & bass californienne. Naviguant entre Los Angeles et San Francisco, le producteur de 20 ans a notamment été pisté par XLR8R et Mary Ann Hobbs (BBC Radio 1). Le voilà qui donne une suite à son premier jet avec un Camping EP qui fleure bon l’oisiveté estivale. 

 

L’objet se partage en deux fractions : 4 nouveautés signées Shlohmo et 3 remixs, de la part de Baths, de Shigeto et du très respecté Asura. Tout en restant dans la lignée de Shlomushun Deluxe, Laufer parvient à servir des tracks rafraîchissants, profitant d’une identité singulière qui rend ses beats assez uniques. La formule de Shlohmo ? Des sub-bass généreuses, du funk et de la désinvolture pleins les synthés, et un usage savant de clics et de claquements reconnaissable entre tous. Mais c’est surtout la langueur solaire et cosmique contenue dans les nappes mélodiques qui identifie le mieux la musique de ce jeune impertinent. La construction des beats et le traitement des couches sonores trahissent un savoir-faire flagrant. Des semblants de pépiements d’oiseaux ou de souffles de vents chauds accentuent la sensation (ou l’envie) de griller paresseusement au soleil d’une plage de la Bay Area. Ainsi Birthday Beat se dote d’accents soulful et divague nonchalamment au gré d’une synthline cristalline. Sur les 4 titres de son cru, l’un correspond à une relecture du Tomato Squeeze présent sur Deluxe. Tomato Smash en offre une version plus sombre, tout en puissance retenue dans une basse grondante. Dans cette même veine, la perle de l’EP, Sippy Cup, s’apparente à une pièce trébuchante, menée par une étrange basse saturée. La mélodie, contenue dans un sample de voix inintelligible, confère au morceau des tonalités profondément hypnotiques (en écoute dans notre lecteur).

Pour ce qui est des remixs, ils ont l’intelligence de se fondre dans l’EP avec une grande cohérence. La très bonne relecture de Post Atmosphère par Bath adopte un point de vue plus fluide et mélodique. Le Spoons de Shigeto, même s’il n’égalera jamais l’original, a l’avantage d’être efficace. C’est surtout Asura qui surprend, avec une reprise de Teeth (pas terrible à la base) particulièrement encombrée et saccadée, qui vous passe le cerveau à la moulinette.

 

La terre qui a enfanté de Daedelus, Nosaj Thing ou Flying Lotus doit maintenant compter avec Shlohmo. Aussi maîtrisé que son titre est désinvolte, Camping EP assoit encore un peu la légitimité du jeune beatmaker. D’autant plus appréciable qu’il s’accorde précisément avec la saison. Enfin celle à venir.

 

                                  COVER.jpg

par Manolito

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires