Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 19:53

Sortie : 30 mai 2011

Label : Ed Banger Records

Genre : Putasserie fluorescente et trop sucrée

Note : 1,5/10

 

Comment dissocier SebastiAn, ou Sebastian Akchoté, de l'écurie Ed Banger dirigée par Pedro Winter ? Vaste question. Comment écrire la chronique de son disque sans tomber dans l'écueil du procès envers le label fondateur de son avènement ? Impossible. Alors autant dire tout de suite que je vais assumer pleinement cette chronique à charge. Ah SebastiAn... ce jeune homme glabre qui a toujours l'air défoncé à la came frelatée alors qu'il a désormais les moyens de s'en payer de la bonne. Ce jeune homme toujours équipé d'une clope dont la hype loue le potentiel depuis déjà plus de cinq ans alors qu'il ne compte que 2 EP dignes de ce nom, une BO et un paquet impressionnant de remixs aussi énergiques que brouillons. Alors pourquoi ? Pourquoi est-il capable de remplir les scènes de festivals sur son seul nom ? Parce qu'il compose (travaille) pour le seul label (entreprise) qui vend énormément de musique électronique à l'heure actuelle. En effet, si Ed Banger et Pedro Winter mènent aujourd'hui un train de vie de nabab, ce n'est sans doute pas parce qu'ils font de la bonne musique. C'est avant tout parce qu'ils furent les premiers à monter dans le wagon et à adapter leur démarche artistique (leur image) à la glorieuse société de consommation dans laquelle nous vivons plus que jamais. La stratégie de communication et de commerce est implacable. Les jeunes téléchargent comme des bourrins mais achètent des T-Shirts, des sonneries pour smartphones, des casquettes, des lacets fluos et matent des vidéos sur Youtube à s'en abrutir. Vendons leur la musique qui sied parfaitement à leur mode de vie. Vendons leur de l'image. Vendons leur une mode, un courant, qui leur permettra de se reconnaître telle une tribu dans les festivals du monde entier. Fort de son expérience en tant que manager des Daft, Pedro a bien compris tout ça. Et au delà du constat amer, peut-on réellement le lui reprocher ? Il est l'un des rares à posséder un commerce si florissant. Il applique les mêmes recettes qu'un Guetta ou un Sinclar, la béatitude benête et le sponsoring rampant de TF1 ou d'NRJ en moins. La recette a connu ses premiers succès, Justice a fait le reste. Les DVD témoignant des excès de ces semblants de rock stars et les clips estampillés Kourtrajmé ont aussi leur part de responsabilité dans cette incontestable réussite. Mais revenons au disque de SebastiAn, ce jeune homme plein de potentiel.

 

La pochette tout d'abord. Elle est sans doute bien moins narcissique qu'on veut bien l'imaginer. Elle entre parfaitement dans une mécanique bien huilée. Provocation + polémique = buzz. La musique on s'en fout parce que de toute façon nous sommes une marque. La musique ensuite. Appliquons ce qui a toujours fonctionné. Dirty funk, guitares salaces, turbines et putasseries, énergie rock trempée de sueur. Parce que voilà, le vrai tour de force de SebastiAn est d'avoir rendu l'ensemble de son album aussi daté que Motor et Ross Ross Ross, deux maxis déjà bien périmés. Les invités ensuite. Le très bon Mayer Hawthorne tente de se muer en Prince sur Love On Motion. On se demande bien ce que le transfuge de Stone Throw est venu faire dans cette galère. S'offrir de la visibilité probablement. M.I.A sur C.T.F.O, en voilà une qui n'a plus besoin d'être vue mais qui a sans doute souhaité profiter de quelque chose de plus crade en matière de production. Titre convenu au possible mais tube assuré. Test déjà réussi. Si on ajoute à cela les énergiques Fried et Total, la cartoonesque et putassier Prime (à se taper des caries), le simple et funky Yes, le gentiment baroque mais pas très hardcore Tetra (allez écouter Igorrr bande de gnous) et le criard Doggg, on a bien ici un album qui fera slamer les fluokids pendant au moins deux ans dans les festivals ou l'ecsta est aussi fraîche qu'un kebab au porc. Ce qui est bien avec SebastiAn, c'est qu'on est sûr d'écouter du Ed Banger. Son album est un pot pourri de tout le meilleur (le pire) de ce que le label français a enfanté de pire. Des comparaisons évidentes avec les travaux (lol) de Justice, DJ Mehdi et Uffie (même de Daft Punk) apparaissent à l'oreille encombrée. Pas l'ombre par contre d'une désinvolture roublarde d'un Mr. Oizo. Dommage mais peu étonnant. Total entre parfaitement dans le plan. Il ne vient en rien rompre avec l'image véhiculée souhaitée. C'est donc qu'il va marcher et se vendre à profit. Que le ciel soit loué. Le syndrome Lorie et son virage artistique dans le décor est évité. SebastiAn peut se rouler des pelles à lui-même pendant encore un bon moment.

 

Si la génération qui a accueilli les bras ouverts (et les cuisses) les exploits de SebastiAn et de Ed Banger devrait peiner à se régénérer d'ici trois à quatre ans, le label a raison de se gaver avant que la vache n'ai rendu tout son lait. Assister à un live du Parisien a quelque chose de si instructif qu'il est néanmoins conseillé de le faire. Ce type est un fake, branleur magnifique qui gigote dans tous les sens pour masquer le fait qu'il ne fait rien sur scène, si ce n'est manier les faders et balancer des turbines en appuyant sur la touche play. Un mec capable de sortir un remix de Killing In The Name des RATM en 2008 a forcément quelque chose de touchant. Saluons cela et questionnons nous sur le fait que Flying Lotus soit un des premiers fans de SebastiAn et de la troupe de Busy P dans son ensemble. Saluons les entrepreneurs. Enterrons les musiciens (lol²). Quand on écoute SebastiAn et Ed Banger, au moins, on n'écoute pas de la musique.

 

http://dj-contest.net/wp-content/uploads/Sebastian-Total-570x5701.jpg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Paul 24/10/2012 21:26

Je viens d'écouter le podcast d'Alva Noto pour RA.. à ma grande surprise le mec passe une minute de Motor au milieu du mix, et bizarrement ça passerait presque bien (même si je suis tout à fait
d'accord avec cette chronique

pollyjean 01/02/2012 19:15

je déterre ce thread juste pour dire que la pochette est un gros plagiat d'une photo de Joel Peter Witkin...

donc voilà, merci et j'espère ne jamais me faire défoncer aussi gravement sur votre blog... si j'ai un jour l'honneur de mériter une chronique..dans quelques années peut-être...

la bise

ExtraPaul 30/01/2012 12:26

Pouvoir faire une critique en toute liberté et indépendance, c'est bien ! Le problème est que celle-ci est, par rapport à sa longueur, peu instructive sur le contenu du disque.
Alors je tenais juste à dire que j'aime bien "Total" (sauf sa pochette !), qu'il ne faut pas l'ignorer à cause de ce blog.
Et je me demande si un "blind test" de cette plaque aurait donné un texte aussi acide !...

U.H.M. 23/08/2011 22:09


Un mec qui prétend kifffer Bloy et Costes est également douteux, de toutes façons. On peut aimer Bloy, mais les références que donne le commentateur plus haut ressemblent plutot au name-drop
stėrile et flambeur que bien des morveux réacs de soirées hype à la con.

Et quand bien même SebastiAn aurait des références littéraires intéressantes, sa musique, et également le label du grotesque Pedro Winter et ses recettes cathyguettesques pour faire du fric, sont
méprisables. Ils étaient déjà méprisables et ininteressants il y a quelques années, à la création de ce "label", c'est toujours le cas aujourdh'hui, point barre.


Yann P 12/07/2011 13:55


Je découvre ce blog, j'étais justement en train de lire les dernières critiques, quand je suis tombé sur celle-là.
Beau.
Par contre, moi qui n'est jamais écouté SebastiAn, juste entendu 1 fois ou 2, Et bien avec la chronique ô combien excellente, et les commentaires qui suivent, je me sens obligé d'aller
l'écouter.
Je ne vous remercie pas.
Chier quoi.

Longue vie à ce blog.