Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

22 décembre 2009 2 22 /12 /décembre /2009 19:13
Sortie : Septembre 2009
Label : FSolDigital.com


Il est Australien, son label est Anglais, son album fait plus de deux heures. Il n'y a pas besoin d'en savoir beaucoup plus pour se plonger dans l'album de Seafar. On n'en apprendra de toute façon pas des masses après quelques recherches. Entre nappes ambient et électronica discret, l'univers de ce disque est assez Anglais, rappelant notamment quelques vieux travaux de chez Warp. Les beats sont secs et les atmosphères denses occupent paisiblement l'espace. Certains y trouveront un bois au petit matin, fraîchement arosé d'une douce rosée. D'autres se sentiront pousser des réacteurs et planeront dans l'espace, observant la lente danse des planètes, bercés par la pesanteur. Seafar ne viendra brusquer ni les uns ni les autres. Il construit ses plages simplement, dispensant les évolutions avec mesure, travaillant les textures et le ressenti avant tout.
De deux à neuf minutes, les morceaux se suivent dans le même esprit mais marqués par des motivations différentes. Ils peuvent se révéler torturés dans les rythmiques (Ravenswood Underpass), extatiques dans les volutes de clavier (Antifi) ou étrangement mélodieux (Young Team Theme). D'autres passages ne sont que d'inquiétantes transitions (Dreamenviron ou Seabox) vers des sonorités plus dures. Une froideur synthétique qui fait l'effet du métal sur la peau. La sobriété de certains titres, Baird Memorial et sa mélodie lointaine par exemple, tranche alors avec la volupté d'autres comme Dr. Catchlove et ses nappes envahissantes.
L'Australien nous perd au milieu de sa musique, nous retrouve par moment avec des moments plus classiques (Rising Son) et de nouveau brouille les pistes (Coolstrikgreen).

Les plus patients iront au bout de ces 26 tracks, sans doute l'esprit ailleurs, et une petite envie d'y rester.

http://www.bbc.co.uk/blogs/scotlandsmusic/seafar.jpg
par Tahiti Raph

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires