Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 22:10

Sortie : 18 janvier 2010

Label : Treibstoff

Genre : Techno, house

Note : 6,5/10

 

La scène techno française a décidé de s’imposer en ce début d’année. Après le premier album attendu de Kevin Schershel (ici), c’est au tour d’un autre sudiste de truster les bacs. Sous le pseudo de Sarah Goldfarb (les éclairés auront reconnu le nom de la mère cachetonnée de Requiem For A Dream) se cache le Marseillais Jean-Vincent Luccini, producteur techno relativement discret mais pas moins fréquentable. Pour son premier album, il s’est entouré de Jean-Christophe Hallary aka JHK. Nos deux compères savent manier avec précision les beats hypnotiques comme le prouve ce Heartbeat City hautement recommandable. Histoire de mieux insister sur le côté pointilleux du duo, il est utile de savoir que chaque nom de piste de l’album est issu des paroles de la chanson Heartbeat City de The Cars.

On pénètre ici dans le domaine de la techno profonde, celle qui prend son temps pour mieux capturer vos pensées afin de les moduler. Sarah Goldfarb et JHK frôlent avec malice la techno mentale et minimal pour mieux répandre une techno urbaine et cinématographique. Chaque piste semble être issue d’un morne paysage de friche industrielle. L’ensemble est froid sans être sombre et joue subtilement sur cette attractive ambivalence. Le duo gonfle finement ses tracks de quelques cuivres afin de donner de l’ampleur à ces dérives hypnotiques. A ce petit jeu, Jacki s’en sort avec les honneurs.

Cette déambulation techno forcément nocturne appellera avec force nos démons. Les sublimes 9 min de Never Stop risquent fort de s’imposer à vous comme un fidèle compagnon d’errance. Tout au plus peut on remettre en cause les tentatives électronica s’avèrant bien moins pertinente et fascinante que le reste. Mais Heartbeat City reste un album de techno rigoureux, totalement maitrisé et fortement addictif.


http://3.bp.blogspot.com/_rmyNiUuA0_Q/S1bLaB4ynXI/AAAAAAAAD1A/farGDm-C0IA/s400/Sarah_Goldfarb_%26_JHK_-_Heartbeat_City.jpg

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Julien Lafond-Laumond 10/01/2010 22:44


Sarah Goldfarb est honteusement sous-côté. En france, en techno minimale, il n'y a pour moi vraiment pas mieux.