Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 19:12

Sortie : 6 septembre 2010

Label : Big Dada

 

Figure de proue de l’écurie Big Dada, la division hip-hop de Ninja Tune, Roots Manuva lâche un nouvel album, deux ans après Slime & Reason. Alors que l’aura du pape anglo-jamaïcain du rap british semble peu à peu s’essouffler, Rodney Smith signe avec Duppy Writer une collaboration avec le DJ et producteur reggae Wrong Tom. Ce dernier, notamment remixeur et tour DJ pour le goupe d’indie rock Hard-Fi, avait auparavant livré une version dub du single Buff Nuff, et fourni le CD bonus qui accompagnait Slime & Reason.

 

Wong Tom se voit aujourd’hui confier un album entier. Le Londonien s’approprie une poignée de titres issus de la discographie entière du sieur Manuva, qu’il réarrange pour en offrir des versions reggae dub. Certaines variantes développent l’aspect roots (The World Is Mine et Motion 5000 deviennent Worl’ A Mine et Moition 82), tandis que d’autres virent au digi-dub, rappelant souvent les sons vintages du collectif Jahtari (Proper Tings Juggled, Chin Up, Rebuff, relecture – fatiguante – de Buff Nuff). L’objectif du projet était de faire oublier que certains des morceaux dataient de plus de 10 ans, et de fondre l’ensemble avec cohérence sous une patine d’origine jamaïcaine. Pari qui ne réussit qu’à moitié. On trouve dans Duppy Writer quelques très bonnes choses. L’introductif Butterfly Crab Walk, au skank engageant, diffuse de bonnes vagues ensoleillées, Worl’ A Mine renoue efficacement avec des ascendances caribéennes, et Jah Warriors, l’inédit du disque, s’affiche comme la meilleure réussite. Mais par la suite, les divagations du dub digital de Wrong Tom perdent en originalité, le flow de Roots Manuva ne suffisant pas à capter l’intérêt. La deuxième partie du disque décroît cruellement en qualité, le beats s’empêtrent dans des boucles trop répétitives, et on se voit zapper avec agacement certaines pistes.

 

Si la collaboration de Roots Manuva avec Wrong Tom demeure crédible et débouche sur quelques succès, Duppy Writer peine à convaincre dans sa globalité. Il est probable que les fans de la première heure sortent déçus de cette nouvelle fournée. D'autant plus qu'elle n’en est pas vraiment une.

                                  Roots_Manuva_vs_Wrongtom-Duppy_Writer_b.jpg

par Manolito

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

D. 11/09/2010 19:33


Toaster cream.